L’actualité

Le Club des Prédateurs: le tome 2 est fin prêt

Steven Dupré, Roberto Burgazzoli et moi venons tout juste de terminer le tome 2 du Club des Prédateurs, aux éditions Casterman.
Vous retrouverez l’album dans toutes les bonnes librairies de France et de Belgique dès le 24 mai prochain.
Pour fêter ça, voici un extrait de page avec Jack et les enfants perdus.
Vous pensez qu’il va trouver la clé ?

Tous à Bruxelles !

Le week-end prochain a lieu la traditionnelle Foire du Livre de Bruxelles. Denis et moi avons longtemps fait partie des habitués quand nous habitions encore en Belgique mais voilà plusieurs années que nous n’y avons plus participé. Nous allons rattraper cela immédiatement.

Je signerai mes albums sur le stand Casterman :

– vendredi 10 mars de 16 à 17h30
– samedi 11 de 16 à 18h

Qu’on se le dise !

Auteur de BD, une profession en danger

Pendant le Festival International de la BD d’Angoulême, les États Généraux de la Bande Dessinée ont proposé une rencontre sous le titre « Auteur de BD, une profession en danger ». Après être revenus sur les chiffres les plus marquants de la grande enquête auteurs, ils ont présenté plusieurs focus sur le volet qualitatif de cette étude. Un ensemble des données et de témoignages saisissants.

La rencontre se tenait le samedi 28 janvier 2017, de 11h à 13h, dans la salle Nemo de la la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. Merci à Pierre Lungheretti et aux équipes de la Cité !

Comité de sélection du festival d’Angoulême : c’est reparti !

Le festival d’Angoulême 2017 est terminé, vive le festival 2018 ! 

Comme l’an passé, je ferai partie du comité de sélection général qui déterminera la liste des albums en compétition pour les prix de la Bande Dessinée.

Les autres membres restent également inchangés. Il s’agit de :

Stéphane Beaujean – Directeur artistique – FIBD – 9eArt+,

Romain Brethes – Journaliste – Le Point,

Guillaume Dumora – Libraire – Le Monte en l’air,

Jean-Pierre Mercier – Conseiller scientifique – La Cité internationale de la bande dessinée,

Thi Nguyen – Libraire – Au Repaire des héros,

Anne-Claire Norot – Journaliste – Les Inrockuptibles.

Les premiers albums sont déjà arrivés à la maison : je sens que ça va encore être intense cette année !

 

El grito de Cibeles

Le Hurlement de Cybèle, le tome 5 d’Alix Senator, est à présent disponible en version espagnole sous le label Coeditum, résultat de la rencontre de Netcom2 Editorial qui avait publié la série jusque-là, et de Trilita Ediciones.

Je leur laisse à présent la parole :

Kefrén se ha apoderado del terrible secreto oculto en los libros sibilinos. Una misteriosa Cibeles de oricalco otorga el poder y la eternidad a aquellos que vienen a adorarla. El joven egipcio está convencido de que ella le espera. Pero para ello debe dirigirse a Asia Menor, forzar las puertas del gran santuario de la diosa y enfrentarse a los ‘galos’, sacerdotes que se han consagrado a ella con sangre.
¿Qué suerte reservará Cibeles a los profanadores?

El grito de Cibeles

 

Dédicaces au Festival d’Angoulême 2017

Le prochain festival d’Angoulême aura lieu du 26 au 29 janvier prochain. Non contente d’avoir participé au comité de sélection des albums concourant pour les Fauves, je serai présente de jeudi à samedi sur le stand Casterman pour y dédicacer mes propres séries : Alix Senator et le Club des prédateurs.

Venez nombreux :

  • jeudi de 14h30 à 16h30
  • vendredi de 15h30 à 17h
  • samedi de 16h à 18h

Thierry Démarez sera aussi présent pendant le week-end mais Steven Dupré sera absent cette année.

Et, bien sûr, j’apporterai mon fameux tampon Alix senator.

Les noir et blancs du Club des Prédateurs sont fin prêts

Mon complice, l’aussi infatigable que talentueux Steven Dupré vient tout juste de terminer les pages noir et blanc du tome 2 du Club des Prédateurs
L’album paraîtra le 24 mai aux éditions Casterman.
Ci-dessous, je vous laisse admirer la première page. A vous de deviner si le train s’arrête… ou pas.

Et les nommés pour le prochain festival d’Angoulême sont…

Ceux d’entre vous qui me suivent au plus près savent que j’ai participé cette année au comité de la sélection générale du festival d’Angoulême.

Cette sélection a été annoncée hier. Comme chaque année, elle fait des heureux et des mécontents. Elle focalise aussi toutes les tensions qui entourent le festival.

Vous pouvez la retrouver en intégralité sur son site : BDAngoulême 2017

A titre personnel, participer au comité a été une grande expérience que je ne regrette pas, au contraire. Je remercie chaudement Stéphane Beaujean de m’y avoir accueillie en tant qu’autrice, pour le regard de praticienne que je pouvais apporter. Évidemment, tout n’a pas toujours été facile. Il a fallu lire tous les albums participants en moins de 3 mois, entre début septembre et le 15 novembre, puis défendre mes coups de cœurs et, le plus pénible, accepter que tous ne soient pas dans la liste. Tous les membres du jury ont connu cela.

Comme je sais que cela intéresse beaucoup d’entre vous, les auteurs notamment, voici quelques chiffres très généraux concernant le processus de sélection. Pour participer les albums devaient avoir été publiés entre le 30 novembre 2015 et le 1er décembre 2016. Ils devaient aussi avoir été envoyés au comité par leur éditeur. Nous avons reçu près de 500 livres, provenant de plus de 80 éditeurs différents. Sur ces 500 albums, les deux tiers environ étaient des one-shots quand les autres appartenaient à une série. Un quart étaient des grands formats couleurs entre 48p et une centaine de pages. Un peu plus de 40% étaient des romans graphiques. Environ 1 sur 10 était un comics. De même 1 sur 10 était un manga. Le reste étaient des albums « atypiques ». Je reste floue volontairement, certains albums étant plus compliqués à classer. Mais cela vous donne des ordres de grandeur.

Sélectionner juste 40 albums au milieu de tout cela en si peu de temps a été compliqué. Comme l’a déjà dit Stéphane, à notre dernière réunion, nous avions encore une liste de 130 albums sélectionnables. Il a fallu 5/6 heures pour les départager et nous avons tous dû faire des compromis pour arriver à la liste finale. Nous avons tous des « chouchous » dedans et des albums qui nous parlent moins, même si nous reconnaissons leurs grandes qualités.

A titre personnel, je me suis battue pour que la sélection soit la plus représentative possible de la production actuelle. En ça, j’aurai bien aimé y voir plus d’albums grand public, mais aussi plus de livres très pointus, très avant-gardistes. La pré-sélection faites par les éditeurs eux-mêmes, les goûts de mes camarades de comité, comme le nombre d’excellents livres en ont décidé autrement. Mais je ne me désolidarise pas de la sélection. Je la trouve vraiment intéressante. Tous les livres présents méritent d’y être. Je suis en particulier heureuse d’avoir pu faire entrer des auteurs qui n’y avaient encore jamais été jusque-là. Ceux d’entre vous qui me connaissent, qui connaissent mes goûts les reconnaitront peut-être.

Même si la juste représentation de tous les types de BD dans la sélection est sans doute un idéal impossible à atteindre, il reste le mien. C’est dans cet esprit, que j’ai accepté l’invitation de Stéphane à participer à nouveau au comité l’an prochain. Avec plus de temps cette fois, j’espère que nous pourrons mettre en avant toutes les merveilles dont est capable notre chère Bande Dessinée.