Saint Denis, céphalophore

Aujourd’hui 9 octobre, les catholiques fêtent la saint Denis, le légendaire premier évêque de Paris et surtout le saint « céphalophore » par excellence, « céphalophore » c’est-à-dire qu’il porte sa tête dans ses mains. Le mot vient du grec : képhalê (tête) et phorein (porter).

Mais comment saint Denis en est-il arrivé là ?

Statue de saint Denis sur le portail de Vierge à Notre Dame de Paris.

Selon la légende, Denis avait été envoyé par le pape évangéliser la Gaule et s’était installé à Lutèce, le future Paris, quand éclatèrent les persécutions anti-chrétiennes de l’empereur Dèce vers 250-275. Repéré par le gouverneur romain de la ville, le futur saint fut décapité avec deux compagnons, Éleuthère et Rustique, sur la butte appelée ensuite Monmartre (mons Martyrum, le « mont des Martyrs »).

Mais ses aventures ne s’arrêtèrent pas là : au lieu de s’écrouler, Denis ramassa sa tête et marcha environ six kilomètres vers le nord. Là, il confia sa tête à une certaine Catulla, et tomba enfin mort sur le sol. Il fut enterré à cet endroit. On y édifia ensuite la basilique qui porte encore son nom de nos jours.

Le Martyre de saint Denis par Léon Bonnat, vers 1880, Panthéon de Paris.

Conrad et Paul

Je lis depuis une vingtaine d’années des aventures de Conrad et Paul dessinées par Ralf König. Contrairement à la plupart des personnages de BD, ils ont vieilli, comme leurs lecteurs. Et, encore une fois, Ralf König est parvenu à me faire rire avec un sujet qui ne me concerne pas et qui n’a rien d’amusant au premier abord : l’andropause vécue par un couple gay de Cologne.

Si Conrad, l’artiste sensible, prend cela avec philosophie, Paul, le « Batman du sexe », le « Grand Cerf de GayRomeo », est en pleine tragédie (grecque, voir la couverture). Mais il faut bien que vieillesse se passe : les vacances à Pompéi et les aventures avec les serveurs italiens comme les mini shorts latex et les soirées cuir au Chains sont bien loin pour nos héros et ne reviendront plus.

Heureusement, il leur restera toujours l’essentiel : la tendresse, la complicité, le viagra et les fusées d’artifice (hein ?).

« l’Automne dans le pantalon » par Ralf König, Éditions Glénat.

Octobre, mois de la pomme de terre

Le mois d’octobre est traditionnellement celui de la récolte des pommes de terre depuis qu’elles sont cultivées en Europe, comme le montre le tableau de Bastien Lepage ci-dessous.
Mais question représentation, j’ai un petit faible pour l’étonnante poterie que je vous présente à côté. Elle représente Oxamama, la déesse inca des pommes des terre.

Emakimono

Avant le manga, il y avait le rouleau japonais ou plutôt l’emakimono.

Le Rouleau japonais, de James Tissot, 1873, National gallery of Canada

Il s’agit de rouleaux de papier ou de soie apparus au VIIIe siècle. Mesurant de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres, ils racontent des histoires en juxtaposant des images et de courts textes.

 

Covid-19 et Société de contrôle

Je viens de lire un article dans le magazine L’Histoire du mois de juin (n°472) qui m’a donné beaucoup à penser (et à discuter avec Denis). Fabien Paquet y parle de l’analyse de la crise sanitaire par Joël Chandelier, spécialiste de la médecine au Moyen-Âge, publiée sur sur medium.com.

Pour résumer, Joël Chandelier met en avant que « les épidémies, Grande Peste de 1348 -1350 comprise, ne changent jamais le monde. » Au mieux (ou au pire ?) elles révèlent les points forts et les failles des sociétés. Pour la Covid-19, on pense tout de suite à la mondialisation ou à la banalisation des transports internationaux. Mais il faut aussi envisager l’allongement de la durée de la vie, par exemple, qui multiplie le nombre de patients âgés ou en mauvaise santé qui seront atteints plus facilement de formes graves voire mortelles.

Cela amène Fabien Paquet à se demander si, au lieu de changer notre société, comme on l’entend souvent dire en ce moment, la crise ne va pas au contraire accentuer certains de ses travers actuels. Et en particulier ce que Gilles Deleuze appelait « la société de contrôle ». Le philosophe, dès 1987, voyait un avenir où triompherait le travail à domicile, les soins à la maison et l’école par Minitel. Comme dit Fabien Paquet, « une société où la communication et l’information, avec leurs messages d’ordre seraient reines ».

Bref, lisez L’Histoire, on y parle aussi de futur.

Traces de la grande guerre… des Gaules

Dans le tome 10 d’Alix Senator qui sort la semaine prochaine, vous verrez que je remercie tout spécialement un bon copain : Pascal Mériaux. Pas le Pascal Mériaux qui fait partie de l’organisation du festival d’Amiens, mais le Pascal Mériaux des Éditions de la Gouttière.

Sans lui, je n’aurais sans doute pas pensé aborder les thèmes de la conquête de la Gaule par les Romains et surtout des terribles séquelles, physiques et psychologiques, laissées par les combats sur les combattants.

Pourtant, Alésia, la défaite gauloise, le sort des vaincus en général sont des thèmes très importants dans l’univers d’Alix. Avant d’être sénateur, il est lui-même un orphelin de guerre réduit en esclavage par ceux-là même qui ont tué son père. Ce sont les Parthes et non les Romains mais cela change peu de choses au final. Pourtant, c’est comme ça, sans Pascal, j’aurais sans doute laissé ces thèmes en friche encore un moment.

Heureusement, en 2017, il nous a parlés, à Denis et moi, d’un projet de collectif qu’il avait pour l’année suivante. Cela devait s’appeler Traces de la Grande Guerre et offrir des visions d’auteurs de la Première Guerre mondiale et des conflits en général. Nous avons tout de suite accepté de participer et nous avons entraîné dans l’aventure le reste de l’Atelier Virtuel. Mon histoire courte, Guerre éternelle, montre un garçon de la préhistoire découvrant que sa forêt allait être le lieu de batailles récurrentes pendant des siècles, des millénaires même. Je pensais surtout au nord de la France en écrivant ce scénario, et puis à ma région natale, la Lorraine, aussi.

Bien sûr, parmi tous ces combattants, je n’ai pas pu m’empêcher d’inclure des Romains. C’était trop tentant. C’est alors que j’ai eu le déclic : le prochain Alix senator que j’allais écrire devait parler de cette « guerre éternelle » et de ses traces indélébiles. J’ai commencé à me documenter sur la guerre des Gaules et à relire les albums d’Alix classique qui en parlaient. Et je me suis lancée…

Extrait de “Guerre éternelle”, dans le collectif Traces de la Grande Guerre, par l’Atelier virtuel. Éditions de la Gouttière.

Sans Pascal donc, sans ses Traces de la Grande Guerre, il n’y aurait pas eu de Forêt carnivore. Ça mérite bien un très grand merci, sur l’album, comme ici sur mon site.

Grumpy Cat

Je cherchais de qui j’allais vous faire la petite biographie ce soir – Marguerite de Valois alias « la reine Margot » ? Alberte-Barbe d’Ernécourt alias « l’Amazone lorraine » ? Margarita Carmen Cansino alias « Rita Hayworth » ? – quand je suis tombée sur l’improbable fiche biographique d’une héroïne du net morte le 14 mai 2019 : Tardar Sauce alias « Grumpy Cat. »
Je vous mets sa photo ci-dessous, mais n’en demandez pas plus… Ah si juste un chiffre pour vous faire rêver : en 2017, sa page FB officielle avait 8 700 000 fans. Voilà… Voilà… Voila…

© Gage Skidmore

Les 2 et 3 mai à Madrid, 1808

Pour renouer avec mon éphéméride, voici les deux tableaux du peintre Francisco Goya commémorant les tragiques événements madrilènes des 2 et 3 mai 1808.

Le 2 mai, le peuple de la capitale espagnole se révolta contre Joseph Bonaparte que son frère Napoléon avait installé sur le trône ibérique. Sur le tableau de Goya, El dos de mayo de 1808 en Madrid, on voit les Espagnols attaquer les mamelouks de la Garde impériale, des cavaliers venus d’Égypte.

El dos de mayo de 1808 en Madrid, 1814, Musée du Prado

Ce soulèvement fut un échec et fut très durement réprimé. Sur le second tableau, El tres de mayo de 1808 en Madrid, des soldats français exécutent les révoltés fait prisonniers. Ils furent près de 400 à être ainsi fusillés.

El tres de mayo de 1808 en Madrid, 1814, Musée du Prado

Mais loin de mettre fin à la résistance des Espagnols, cette répression enflamma tout le pays. Elle marqua le début d’une véritable guerre d’indépendance qui fut elle, un succès. Six ans plus tard, les Français durent quitter l’Espagne pour ne pas y revenir.

 

Camille Claudel dans son atelier

Camille Claudel et Jessie Lipscomb dans leur atelier du N° 117 de la rue Notre-Dame-des-Champs, 1887.
J’avoue que plus que les sculptrices, c’est la statue qui m’attire sur cette photo. Étrange corps avec ses jambes d’écorché, ses bras mutilés, sa tête dodelinante comme percée de flèches. Une beauté martyre en quelque sorte.

Le Titanic et la momie

Le 10 avril 1912, le Titanic quittait Southampton pour New York. Comme vous le savez, tout ne se passa pas comme prévu ensuite. Le naufrage qui fit plus d’un millier de victimes frappa fortement l’opinion. La rencontre avec l’iceberg sembla à beaucoup trop improbable pour être vraiment fortuite… Non, il fallait qu’une malédiction se soit abattue sur le navire et ses passagers.

Le Titanic le 10 avril 1912, © F.G.O. Stuart

Or John Jacob Astor, un des hommes les plus riches d’Amérique, se trouvait sur le bateau après avoir fait scandale quelques mois auparavant. Il avait divorcé de son épouse pour se remarier aussitôt avec la charmante Madeleine Talmage Force de 30 ans sa cadette. Pour échapper aux pressions en tous genres, ils étaient allés passer leur lune de miel en Égypte… De là, à imaginer que le couple sulfureux en ramenait une momie maléfique et meurtrière, il n’y avait qu’un pas aisé à franchir !

Momie recouverte de ses “cartonnages », époque ptolémaïque, IIIe – IIe siècle avant J.-C.Louvre.

La rumeur s’en répandit à l’époque. D’autant que John Jacob était mort noyé (entraîné vers le fond par la momie ?) et ne pouvait plus démentir. Mais je vais devoir vous décevoir : depuis, on a bien vérifié : il n’y avait aucune momie enregistrée dans le manifeste du navire. C’est bien le seul iceberg, le coupable.