Interview sur Alix Mag

Les prochains Alix senator et Jhen devaient sortir dans quelques jours. Ce ne sera, bien sûr, pas le cas. mais il en faut plus pour arrêter un passionné comme Stéphane Jacquet.

Vous pouvez donc lire ma nouvelle interview sur La Forêt carnivore et le Conquérant dès aujourd’hui sur le site Alix Mag. C’est par ici : Valérie Mangin, d’Alix senator à Jhen

Sorties repoussées pour Alix senator 10 et Jhen 18

C’était devenu inévitable : les sorties du tome 10 d’ Alix Senator et du tome 18 de Jhen sont repoussées sine die.

Ce n’est pas ce qui arrive de pire en ce moment, j’ai même de la chance par rapport à mes amis auteurs dont les livres sont parus au moment même où les librairies fermaient.

J’ai évidemment un peu de vague à l’âme, mais ce n’est que partie remise. On se rattrapera dès que tout ça sera derrière nous. 🙂

D’ici là, bon courage à tous, en particulier à ceux qui sont en première ligne !

 

Les Ides de Mars

Au matin des ides de mars 44 avant Jésus-Christ, Jules César, mon dictateur perpétuel préféré, était assassiné de 23 coups de couteau par une conjuration de sénateurs au pied de la statue de Pompée, son meilleur ennemi.

Menés par Marcus Junius Brutus et Caius Cassius Longinus, ces grands aristocrates romains s’opposaient à la dérive autocratique de César. Ils ne se rendaient pas compte que leur défense désespérée de la République romaine traditionnelle allait relancer les guerres civiles et surtout ouvrir la voie au petit-neveu de César, le futur Auguste.

J’ai toujours voulu représenter ce tragique événement dans une de mes BD. Cela paraissait difficile dans Alix Senator qui se déroule une trentaine d’années après. Mais j’ai trouvé une solution dans la lignée de Jacques Martin. Ne pouvant raconter directement l’aventure de Spartacus, il consacre un album à son fils où un ancien révolté évoque ses souvenirs de la guerre servile. Dans Alix Senator, j’imagine donc que Césarion a survécu à la chute de l’Égypte, complote contre Auguste et connaît la même fin tragique que son père supposé.

Ci-dessous, la mort de Césarion dans Alix Senator, tome 3 : La Conjuration des Rapaces.

M’enfin !

Le 28 février 1957, un nouvel (anti-)héros arrive dans le n°985 du Journal de Spirou : Gaston.

Dessiné par André Franquin, il a été annoncé les semaines précédentes par de mystérieuses traces de pas dans les marges du journal. S’il porte alors le costume et le nœud papillon, il prend le look décontracté qu’on lui connaîtra jusqu’à la fin de la série dès le 15 mars.

Pourtant, il faut attendre le 25 avril pour que Fantasio, l’ami de Spirou qui est aussi le secrétaire de la rédaction fictionnel du journal, explique sa venue : Gaston ne se souvient plus de qui l’a embauché mais il est sûr que c’était pour un emploi de « héros de Bande Dessinée ». Malheureusement, personne ne se rappelle non plus avoir pensé à lui pour l’intégrer dans une des séries du journal.

Gaston est donc le premier « héros sans emploi » de l’histoire de la Bande Dessinée. Par défaut, il finit par intégrer le service courrier de la rédaction du journal. La multitude ses gaffes finira par lui valoir un nom de famille et… ravir les lecteurs: Gaston connaîtra les joies de l’album dès 1960. Franquin n’arrêtera sa série qu’en 1991.

 

Caesar, l’ancêtre de Milou

En faisant de petites recherches sur Jules César sur des pages en anglais – oui, chacune ses vices -, je suis tombée, tenez-vous bien… sur un ancêtre de mon fidèle Milou. Il s’appelait « Caesar » lui aussi et appartenait, non à la famille impériale romaine, mais à celle des rois d’Angleterre.

C’est l’historien des animaux – et des couleurs – Michel Pastoureau qui en parle : Caesar, le fox-terrier à poil dur blanc du roi Édouard VII, l’arrière-grand père de la reine Élizabeth II pour ceux qui regardent The Crown comme moi, aurait peut-être inspiré Hergé.

Mais qui était vraiment Caesar ? Wikipédia  – oui, il a sa page, comme tous les habitants successifs de Buckingham Palace –  nous apprend que Caesar est né en 1898 de Cackler of Notts et qu’il fut offert par lord Dudley au roi en 1902. Son prédécesseur, Jack, venait tout juste de s’étouffer avec de la nourriture. Oui, c’est dur dur d’être chien royal.

Caesar disposait d’ailleurs de son propre valet de pied et pouvait dormir sur un fauteuil près du lit du roi. Celui-ci lui passait tous ses caprices. Il lui pardonna même d’avoir tué les lapins des filles de lord Redesdale.

Après la mort d’Edouard VII en 1910, Caesar fut inconsolable jusqu’à ce que la reine Alexandra lui donne ses friandises favorites. Rasséréné, il participa au cortège funèbre directement derrière le cercueil du souverain au grand dam du nouveau roi George V et du kaiser Guillaume II qui n’avaient pas l’habitude marcher derrière qui que ce soit… Ce fut l’heure de gloire de Caesar.

Caesar survécut encore quatre ans à son maître. Il resta dans la maisonnée royale jusqu’à ce qu’une opération l’emporte en avril 1914. Heureusement, Milou est éternel, lui.

Exposition Alix à Versailles

Si vous avez raté l’exposition “Alix, l’art de Jacques Martin” à Angoulême et à Bruxelles, il est encore temps de vous rattraper. Elle se tient désormais du 19 février au 19 avril, Espace Richaud à Versailles.

Vous pourrez y retrouver les centaines d’originaux déjà visibles lors des deux précédentes présentations mais d’autres pages dues aux continuateurs d’Alix dont, bien sûr, des pages de Thierry Démarez sur Alix Senator et Marc Jailloux sur Alix.

Alix Senator 10 premium : la Guerre des Gaules

Début avril prochain, vous pourrez découvrir la version premium de “La Forêt carnivore” en même temps que sa version classique. Le dossier civilisation parlera cette fois de “La Guerre des Gaules, une conquête pour la gloire” avec César et Vercingétorix en guest stars.

C’est d’ailleurs le chef arverne que vous pouvez voir sur la statère – la pièce de monnaie antique – qui illustre la première page du dossier. Son apparence est très différente du cliché du Gaulois avec les cheveux longs et une imposante moustache. En fait, il ressemblerait plus à l’idée qu’on se fait d’un jeune Grec du 1er siècle avant notre ère.

Il y a au moins deux explications possibles à cela. D’une part, les Gaulois de l’époque, surtout ceux du sud de la Gaule comme les Arvernes, étaient depuis longtemps en contact avec les Grecs – et les Romains – et avaient subi leur influence. Il n’est pas impossible que Vercingétorix ait été imberbe et ait porté les cheveux courts. Certains pensent même qu’il avait été auxiliaire des Romains avant sa révolte et portait la toge à l’occasion…

D’autre part, les monnaies gauloises de l’époque s’inspiraient presque toutes des mêmes modèles : les pièces d’or frappées par le roi Philippe II de Macédoine* à l’effigie du jeune dieu grec, Apollon. Des Gaulois avaient été au service du souverain comme mercenaires et avaient ramené ensuite des monnaies grecques chez eux. Sur la statère ci-contre, les Arvernes ont donc simplement pu garder le visage d’Apollon et se contenter d’identifier leur chef par son nom gravé en dessous.

Exemple de statère de Philippe II de Macédoine à l’effigie d’Apollon

* Philippe II de Macédoine : est un roi du IVe siècle avant notre ère, père d’Alexandre le Grand. Il a notamment soumis des cités grecques comme Athènes ou Thèbes et préparé l’expédition contre les Perses que son fils mènera après sa mort.

 

Départ du Comité de sélection du festival d’Angoulême

Cette fois c’est la bonne 🙂
Après quatre années consécutives passées dans les Comités de sélection du festival d’Angoulême, je vais laisser ma place à un nouvel auteur.

Ces quatre années, aussi intenses que passionnantes tant du point de vue humain qu’artistique, ont constitué une expérience que je ne suis pas prête d’oublier.

Un très grand merci à Stephane Beaujean et à tous les autres membres des comités pour tous ces moments forts passés ensemble.