La malédiction du pharaon

 

Le 4 novembre 1922, Hussein Abdel-Rassoul, un porteur d’eau au service de l’égyptologue Howard Carter, découvre au cœur de la vallée des Rois, la première marche d’un escalier qui s’enfonce dans le sol. Au bout se trouve le fameux tombeau de Toutânkhamon. En descendant à l’intérieur, Carter découvre un fabuleux trésor… et donne involontairement naissance à un classique de la culture populaire : la malédiction du pharaon !

La tombe de Toutânkhamon, décembre 1922, photo Burton, © Institut Griffith, université d’Oxford.

L’affaire commence au mois d’avril suivant quand meurt soudainement lord Carnavon, le commanditaire des fouilles archéologiques. Les journalistes ont beau jeu de rappeler le sinistre présage qui a précédé l’ouverture de la porte du tombeau. Le petit canari de Carter s’est fait dévoré par un cobra, l’animal protecteur traditionnel des pharaons.

Mais ce n’est pas tout. La presse va plus loin et invente une malédiction trouvée dans la dernière demeure de Toutânkhamon : « la mort touchera de ses ailes ceux qui profaneront ce lieu. » L’histoire remporte un grand succès populaire. Elle inspire Arthur Conan Doyle, grand adepte du spiritisme, qui parle de mauvais sorts jetés par les anciens Égyptiens sur les futurs profanateurs, et Agatha Christie qui écrit alors L’Aventure du tombeau égyptien. Tout cela finit de renforcer le pouvoir de fascination de la mystérieuse malédiction.

Dans les années qui suivent, les journaux reprennent donc cette thématique à chaque fois qu’une personne liée de près ou de loin à la découverte de la tombe meurt. Elles sont 27, jusqu’à Howard Carter lui-même en 1939.

Des scientifiques tenteront ensuite d’expliquer le phénomène : les torches du tombeau étaient imprégnées d’arsenic, des moisissures allergènes s’y étaient développées, la poussière avait provoquée des pneumonies asphyxiantes…

Bon, en fait, toute une foule de gens a approché le tombeau ou son contenu après sa découverte et il est juste normal qu’un certain nombre soit morts dans les années qui suivirent. D’ailleurs, toutes ces morts ont une explication rationnelle: lord Carnavon par exemple décède d’une septicémie causée par des piqures de moustiques infectées et Howard Carter des suites d’une cirrhose.

Mais, on est bien d’accord, c’est beaucoup moins amusant que penser que la malédiction du pharaon a eu raison des profanateurs venus troubler son sommeil éternel et voler son fabuleux trésor.

 

Osamu Tezuka

L’an passé, j’ai eu le grand plaisir de participer à un hommage au grand mangaka Osamu Tezuka. J’ai écrit une histoire courte sur le thème de la Vie de Bouddha avec Brice Cossu au dessin. Elle a été publiée au Japon. J’espère qu’elle le sera un jour en France.
En attendant, laissez-moi vous présenter le maître Osamu Tezuka lui-même.
Il est né le 3 novembre 1928 naissait à Toyonaka et, comme son père possédait un projecteur de film, il eut accès très jeune aux films de Charlie Chaplin et à ceux de Walt Disney. Il fut particulièrement marqué par Bambi et cela influença ensuite grandement son style graphique.

Il commença aussi à dessiner dès l’enfance et publia ses premiers mangas dès 1946. Il continua tout en entamant des études de médecine à l’université d’Osaka. Dès 1947, il rencontra son premier succès avec La Nouvelle Île au trésor réalisée en collaboration avec Shichima Sakai. Ils en vendirent plus de 400 000 exemplaires.

En 1952, Tezuka créa Astro Boy qui fit rêver des générations d’enfants tout autour du monde :

Pour répondre aux impératifs de productivité du manga, Tezuka alla s’installer à Tokyo en 1953 à la villa Tokiwa. Il s’y entoura de toute une équipe de dessinateurs qui l’assistaient dans ses planches: ils cherchaient la documentation, faisaient les décors, les trames…

Huit ans plus tard, Tezuka fonda des studios d’animation : Mushi production. Cette indépendance lui permit d’innover autant qu’il le voulait et de développer des courts métrages expérimentaux comme Tableaux d’une exposition en 1966. Parallèlement, Tezuka adapta ses manga en dessins animés. Astro Boy devint en 1963 la première série animée à diffusion hebdomadaire. Deux ans plus tard, Le Roi Léo fut une des premières séries en couleurs.
Malheureusement, les studios Mushi firent faillit en 1973. Tezuka dut fonder une nouvelle société : Tezuka Productions.

Il continua à dessiner jusqu’à sa mort le 9 février 1989 à Tokyo. « Dieu du manga », il reçut des funérailles nationales.

Au total, Tezuka et ses studios réalisèrent plus de 700 œuvres originales, plus de 170 000 pages dessinées et environ 70 séries animées, longs et courts métrages d’animation.
Ils abordèrent un grand nombre de thèmes historiques, fantastiques et même religieux (La Vie de Bouddha). Ils publièrent autant pour le jeune public que pour les adultes. L’Histoire des 3 Adolfs ou Ayako sont autant de fictions dramatiques sur les errements des hommes pendant et après la Seconde Guerre Mondiale.

Plus de 120 millions mangas ont été vendus depuis la mort de Tezuka.

Hors du Japon, ses œuvres connurent également un grand succès, même si les réticences, si ce n’est les oppositions furent nombreuses. Disney s’opposa ainsi longtemps à la diffusion des séries animées du mangaka par crainte de la concurrence qu’elles représentaient pour ses propres productions.
En France, les séries animées Astro mais aussi Princesse Saphir et Le Roi Léo furent diffusées seulement dans les années 80. Quelques mangas furent aussi publiés à cette époque mais dans une indifférence assez générale. Il fallut attendre les années 2000 pour que les traductions se multiplient et connaissent une diffusion plus importante.

Fleurir les tombes : une coutume antique

Les tombes du cimetière de Remiremont ont été bien fleuries en ce jour de la Toussaint. Photo A.R. Anthony RIVAT

 

Aujourd’hui, jour de Toussaint et veille du jour des défunts, certains d’entre vous se livreront sans doute à la coutume bien ancrée chez nous d’aller fleurir la tombe de leurs proches disparus pour leur manifester une nouvelle fois leur affection. On pense souvent que ce rituel à une origine chrétienne mais il n’en est rien, au contraire.

Orner les tombes de fleurs est une pratique tout ce qu’il y a de plus païenne au départ. Les Grecs réalisaient pour leurs disparus des couronnes et des guirlandes d’amarantes, de myrtes, de roses ou d’iris. À Rome, on préférait plutôt le lis, les roses, l’asphodèle, le safran ou le buis.

Plus tard, au Moyen-Âge, l’Église catholique condamna même cette coutume et seul resta dans les cimetières l’if, un arbre que sa longévité faisait considérer comme sacré.

Ce n’est qu’avec la Révolution, sa volonté d’abandonner les pratiques chrétiennes et de revenir à celles des Grecs et des Romains, que les fleurs firent leur grand retour sur les tombes. Progressivement, elles devinrent les symboles du deuil romantique et toutes les couches de la population s’en emparèrent.

De nos jours encore, elles restent un incontournable de la fête de la Toussaint au point que les fleuristes ont obtenu de rester ouverts un dernier week-end avant de fermer pour le reconfinement.

——————
Si cela vous intéresse :

Halloween

Célébrée dans la soirée du 31 octobre, veille de la Toussaint chrétienne, Halloween est une fête d’origine païenne, provenant des îles anglos-celtes.

Son nom est une contraction de l’anglais (et non du Celte) « All Hallows-Even » = « the eve of All Hallows’ Day » = « la veille de tous les saints ». Cependant, la plupart des historiens du folklore européen considèrent Halloween comme une survivance de Samain, une fête célébrée au début de l’automne par les Celtes qui marquait plutôt pour eux le nouvel an. La nuit de Samain n’appartenait ni à l’année qui se terminait ni à celle qui commençait. C’était le moment où l’autre monde se confondait avec le monde réel et où les mortels pouvaient communiquer avec les morts et les divinités.

De leur côté, les catholiques ont commencé à commémorer les martyrs à Rome à partir de 619. Ils le faisaient le 13 mai, jour des anciennes Lemuria, pendant lesquelles les Romains païens conjuraient les mauvais spectres. Mais, au IXe siècle, le pape Grégoire IV transforma cette fête en célébration de tous les saints et la déplaça au 1er novembre, peut-être pour christianiser Samain et ses équivalents locaux.
Puis, en 998, les moines de Cluny commencèrent à célébrer tous les fidèles morts le 2 novembre. Rome adopta officiellement cette fête des défunts au XIIIè siècle.

Mais la fête du 31 octobre, resta toujours une fête très populaire en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles. D’ailleurs Jack-o’-lantern, la citrouille lanterne, est elle-même dérivée d’une légende irlandaise.
Jack aurait été un ivrogne, un avare qui joua plusieurs fois des tours pendables au diable. A sa mort, il ne put donc entrer ni au paradis, ni en enfer : il fut condamné à errer éternellement avec un navet creusé et contenant un charbon ardent pour s’éclairer.

Au XIXe siècle, apparut, toujours en Irlande et en Écosse, une nouvelle tradition : les enfants allaient de maison en maison pour prier et chanter en échange de « soul cakes ». Cela s’exporta aux État-Unis et au Canada en même temps que le reste de la fête d’Halloween avec l’arrivée massive d’émigrants irlandais et écossais sur le sol américain, notamment à la suite de la Grande famine en Irlande (1845-1851). Vers 1930, cette pratique y devint le « trick-or-treating ». Aujourd’hui, les enfants se déguisent toujours en petits monstres et visitent toujours leur quartier orné de squelettes, de citrouilles maléfiques et de chapeaux de sorcières pour récolter des bonbons.

En France, la célébration d’Halloween s’est développée surtout dans les années 90 du siècle dernier à l’initiative de quelques grandes marques. Mais, vue surtout comme un phénomène commercial et marketing, elle s’est essoufflée progressivement (jusqu’à son retour en force grâce à un prochain effet de mode ?).
Les églises chrétiennes cherchent d’ailleurs à en décourager la célébration qui concurrence pour eux la Toussaint et la fête des morts.

Saint Denis, céphalophore

Aujourd’hui 9 octobre, les catholiques fêtent la saint Denis, le légendaire premier évêque de Paris et surtout le saint « céphalophore » par excellence, « céphalophore » c’est-à-dire qu’il porte sa tête dans ses mains. Le mot vient du grec : képhalê (tête) et phorein (porter).

Mais comment saint Denis en est-il arrivé là ?

Statue de saint Denis sur le portail de Vierge à Notre Dame de Paris.

Selon la légende, Denis avait été envoyé par le pape évangéliser la Gaule et s’était installé à Lutèce, le future Paris, quand éclatèrent les persécutions anti-chrétiennes de l’empereur Dèce vers 250-275. Repéré par le gouverneur romain de la ville, le futur saint fut décapité avec deux compagnons, Éleuthère et Rustique, sur la butte appelée ensuite Monmartre (mons Martyrum, le « mont des Martyrs »).

Mais ses aventures ne s’arrêtèrent pas là : au lieu de s’écrouler, Denis ramassa sa tête et marcha environ six kilomètres vers le nord. Là, il confia sa tête à une certaine Catulla, et tomba enfin mort sur le sol. Il fut enterré à cet endroit. On y édifia ensuite la basilique qui porte encore son nom de nos jours.

Le Martyre de saint Denis par Léon Bonnat, vers 1880, Panthéon de Paris.

Conrad et Paul

Je lis depuis une vingtaine d’années des aventures de Conrad et Paul dessinées par Ralf König. Contrairement à la plupart des personnages de BD, ils ont vieilli, comme leurs lecteurs. Et, encore une fois, Ralf König est parvenu à me faire rire avec un sujet qui ne me concerne pas et qui n’a rien d’amusant au premier abord : l’andropause vécue par un couple gay de Cologne.

Si Conrad, l’artiste sensible, prend cela avec philosophie, Paul, le « Batman du sexe », le « Grand Cerf de GayRomeo », est en pleine tragédie (grecque, voir la couverture). Mais il faut bien que vieillesse se passe : les vacances à Pompéi et les aventures avec les serveurs italiens comme les mini shorts latex et les soirées cuir au Chains sont bien loin pour nos héros et ne reviendront plus.

Heureusement, il leur restera toujours l’essentiel : la tendresse, la complicité, le viagra et les fusées d’artifice (hein ?).

« l’Automne dans le pantalon » par Ralf König, Éditions Glénat.

octobre, mois de la pomme de terre

Le mois d’octobre est traditionnellement celui de la récolte des pommes de terre depuis qu’elles sont cultivées en Europe, comme le montre le tableau de Bastien Lepage ci-dessous.
Mais question représentation, j’ai un petit faible pour l’étonnante poterie que je vous présente à côté. Elle représente Oxamama, la déesse inca des pommes des terre.

Emakimono

Avant le manga, il y avait le rouleau japonais ou plutôt l’emakimono.

Le Rouleau japonais, de James Tissot, 1873, National gallery of Canada

Il s’agit de rouleaux de papier ou de soie apparus au VIIIe siècle. Mesurant de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres, ils racontent des histoires en juxtaposant des images et de courts textes.

 

Covid-19 et Société de contrôle

Je viens de lire un article dans le magazine L’Histoire du mois de juin (n°472) qui m’a donné beaucoup à penser (et à discuter avec Denis). Fabien Paquet y parle de l’analyse de la crise sanitaire par Joël Chandelier, spécialiste de la médecine au Moyen-Âge, publiée sur sur medium.com.

Pour résumer, Joël Chandelier met en avant que « les épidémies, Grande Peste de 1348 -1350 comprise, ne changent jamais le monde. » Au mieux (ou au pire ?) elles révèlent les points forts et les failles des sociétés. Pour la Covid-19, on pense tout de suite à la mondialisation ou à la banalisation des transports internationaux. Mais il faut aussi envisager l’allongement de la durée de la vie, par exemple, qui multiplie le nombre de patients âgés ou en mauvaise santé qui seront atteints plus facilement de formes graves voire mortelles.

Cela amène Fabien Paquet à se demander si, au lieu de changer notre société, comme on l’entend souvent dire en ce moment, la crise ne va pas au contraire accentuer certains de ses travers actuels. Et en particulier ce que Gilles Deleuze appelait « la société de contrôle ». Le philosophe, dès 1987, voyait un avenir où triompherait le travail à domicile, les soins à la maison et l’école par Minitel. Comme dit Fabien Paquet, « une société où la communication et l’information, avec leurs messages d’ordre seraient reines ».

Bref, lisez L’Histoire, on y parle aussi de futur.

Traces de la grande guerre… des Gaules

Dans le tome 10 d’Alix Senator qui sort la semaine prochaine, vous verrez que je remercie tout spécialement un bon copain : Pascal Mériaux. Pas le Pascal Mériaux qui fait partie de l’organisation du festival d’Amiens, mais le Pascal Mériaux des Éditions de la Gouttière.

Sans lui, je n’aurais sans doute pas pensé aborder les thèmes de la conquête de la Gaule par les Romains et surtout des terribles séquelles, physiques et psychologiques, laissées par les combats sur les combattants.

Pourtant, Alésia, la défaite gauloise, le sort des vaincus en général sont des thèmes très importants dans l’univers d’Alix. Avant d’être sénateur, il est lui-même un orphelin de guerre réduit en esclavage par ceux-là même qui ont tué son père. Ce sont les Parthes et non les Romains mais cela change peu de choses au final. Pourtant, c’est comme ça, sans Pascal, j’aurais sans doute laissé ces thèmes en friche encore un moment.

Heureusement, en 2017, il nous a parlés, à Denis et moi, d’un projet de collectif qu’il avait pour l’année suivante. Cela devait s’appeler Traces de la Grande Guerre et offrir des visions d’auteurs de la Première Guerre mondiale et des conflits en général. Nous avons tout de suite accepté de participer et nous avons entraîné dans l’aventure le reste de l’Atelier Virtuel. Mon histoire courte, Guerre éternelle, montre un garçon de la préhistoire découvrant que sa forêt allait être le lieu de batailles récurrentes pendant des siècles, des millénaires même. Je pensais surtout au nord de la France en écrivant ce scénario, et puis à ma région natale, la Lorraine, aussi.

Bien sûr, parmi tous ces combattants, je n’ai pas pu m’empêcher d’inclure des Romains. C’était trop tentant. C’est alors que j’ai eu le déclic : le prochain Alix senator que j’allais écrire devait parler de cette « guerre éternelle » et de ses traces indélébiles. J’ai commencé à me documenter sur la guerre des Gaules et à relire les albums d’Alix classique qui en parlaient. Et je me suis lancée…

Extrait de “Guerre éternelle”, dans le collectif Traces de la Grande Guerre, par l’Atelier virtuel. Éditions de la Gouttière.

Sans Pascal donc, sans ses Traces de la Grande Guerre, il n’y aurait pas eu de Forêt carnivore. Ça mérite bien un très grand merci, sur l’album, comme ici sur mon site.