Les Très Riches Heures : octobre

Le 1er jour d’un nouveau mois ramène les Très Riches heures du duc de Berry.

Ce mois-ci, nous nous trouvons au bord de la Seine. Au premier plan, des paysans sèment des graines et veillent à les faire bien pénétrer dans la terre : c’est le rôle de la herse que tire l’homme à cheval. Derrière eux et l’épouvantail habillé en archer, on distingue des bourgeois qui se promènent au bord du fleuve. Curieusement, c’est la seule fois que ce groupe social est représenté dans le livre.

Mais bien sûr ce qu’on remarque le plus dans cette scène, c’est le château à l’arrière-plan : le palais du Louvre vu depuis l’hôtel de Nesle, la maison du duc. Le palais est représenté tel qu’il fut reconstruit par le roi Charles V, le frère aîné du duc. Fils, frère et oncle de souverain, ce dernier semble apprécier la représentation des résidences royales : le palais de la Cité et le château de Vincennes apparaissent aussi dans les miniatures.

Au total, 9 peintures sur 12 du calendrier montrent des châteaux de manière détaillée, un peu comme s’ils étaient des sujets, des personnages à part entière. La plupart ont des liens plus ou moins directs avec le duc et/ou sa famille. Ce sont leurs possessions ou des bâtiments sur lesquels ils sont intervenus.

C’est aussi le cas d’une partie des édifices religieux représentés à l’occasion de fêtes particulières. Ainsi le folio correspondant à la fête de la Présentation de la Vierge au temple (21 novembre) représente la façade de la cathédrale Saint-Etienne de Bourges avec la fenêtre et le pignon réunissant les deux tours que le duc avait fait ajouter.

Mais d’autres miniatures ne sont là qu’en écho aux célébrations qu’elles évoquent et pour le plaisir des yeux bien sûr, comme celle de la Fête de l’archange (29 septembre) représentant le Mont Saint-Michel que je ne résiste pas au plaisir de vous montrer aussi.

(Si certains d’entre vous s’intéressent à ce qui se passe dans le ciel de la miniature, j’en ai parlé mois dernier : Les très riches Heures: Septembre)

 

Le Caravage

Le 29 septembre 1571 naissait à Milan un peintre qui m’a beaucoup marquée quand j’ai enfin vu ses œuvres « en vrai » pendant de mon voyage à Rome en 2014: Michelangelo Merisi da Caravaggio.
C’est évidemment son « goût des ténèbres » ainsi que la puissante de son réalisme qui m’ont frappée dans la solitude des galeries muséales ou la pénombre des églises.

Le Caravage connut un énorme succès dès les années 1600. Mais, en 1606, déjà bien connu de la justice du pape pour sa violence et ses excès, il tua un adversaire en duel. Il dut alors quitter Rome pour le sud de l’Italie et Malte. Il ne revint jamais dans la capitale italienne et mourut seulement quatre ans plus tard en Toscane toujours poursuivi par sa mauvaise réputation d’homme violent.

Elle lui valut d’être négligé par l’histoire de l’art jusqu’au début du XXè siècle, fait curieux autant qu’injuste vu l’influence qu’il eut sur de nombreux artistes postérieurs de Georges de La Tour (Post FB ) à Jacques Louis David dont « La Mort de Marat » s’inspire de la mise au tombeau conservée au Vatican et bien d’autres.

 

La fin de l’Empire romain d’Occident

Le 4 septembre 476 est la date qu’on considère de manière traditionnelle comme marquant la fin de l’empire romain d’Occident.

Ce jour-là, le petit empereur Romulus Augustule était déposé par le chef de guerre Odoacre qui renvoya ensuite les insignes impériaux à Zénon, l’empereur d’Orient.

Romulus, à peine âgé de 14 ans, avait été proclamé empereur d’Occident par son père, Oreste, le commandant suprême de l’armée romaine, après un coup d’État en octobre 475. C’est, bien sûr, ce dernier qui gouvernait en réalité.

Quelques mois après sa prise de pouvoir, Oreste dut faire face à une révolte de mercenaires menés par Odoacre, un prince skire — un peuple de Germains originaire du nord-est de la Pologne actuelle. Pour prix de leurs services, ils réclamaient le tiers des terres de la péninsule italienne ! Oreste refusa de les leur donner mais en vain. Le 28 août 476, ils remportèrent à Plaisance la victoire décisive sur ses troupes et il fut rapidement exécuté.

Odoacre se dirigea ensuite vers Ravenne où demeurait Romulus Augustule – les empereurs avaient abandonné Rome depuis longtemps. Il l’atteignit le 4 septembre et obligea le jeune empereur à abdiquer immédiatement. Celui-ci était de toute façon incapable de commander une armée et manquait de soutien parmi une population qui n’avait plus rien contre « les Barbares » depuis longtemps.

Après sa déposition, Romulus ne fut sans doute pas exécuté – preuve du peu de considération qu’Odoacre lui portait. Le Germain lui accorda sans doute une rente (!) et l’envoya vivre chez des parents en Campanie. Il semble finalement avoir habité plus d’une trentaine d’années au Castellum Lucullanum, une villa fondée par Lucullus, un général contemporain de César, transformée en fort puis en monastère.


Ci-dessous, je vous propose le tableau peint par Jean-Paul Laurens en 1880. Il n’est pas censé représenter Romulus, mais un autre empereur d’Occident : Honorius, avec un apparat très oriental.  Mais je vous avoue qu’à chaque fois que je vois cet enfant avec ces insignes impériaux trop grands pour lui, je ne peux m’empêcher de penser plutôt au “dernier empereur d’Occident”.

Les très riches Heures : Septembre

Les très Riches du duc de Berry reviennent avec le 1er jour du mois.

Sur terre

Septembre est illustré par le thème classique des vendanges. Cette miniature serait postérieure à la mort du duc et daterait des années 1440. En effet, le château représenté est celui de Saumur en Anjou, région viticole dès le Moyen-Âge, qui appartenait à un ennemi du duc et qu’il n’aurait sans doute pas fait représenter de son vivant. Entre le château et les vendangeurs, vous pouvez apercevoir une lice, un espace clos qui servait aux tournois. Justement, en 1446, René d’Anjou, propriétaire du château y aurait fait organiser une joute en l’honneur du roi de France Charles VII.

Au-dessus de la miniature, un ensemble de demi-cercles. Au centre,  le Soleil est représenté sous la forme d’Apollon. L’image du dieu reprend une miniature byzantine qui appartenait au duc de Berry et montrait en fait l’empereur Héraclius (mort en 641).

Dans le ciel

Au-dessus de ce demi-disque solaire, sont dessinés 7 autres demi-cercles. En commençant par le plus petit, on a :
– les n° des jours du mois, 30 pour septembre.
– les lettres des premières lunes, une application du nombre d’or astronomique qui sert à faire coïncider les cycles lunaires et solaires.
– des croissants de lune qui rappellent les lettres des premières lunes situées en dessous.
– l’inscription « primaciones lune mensis septembribus dies XXX » : « première lune mois de septembre 30 jours »
– des signes du zodiaque qui débutent selon la position des astres au XV7 siècle: la Vierge et la Balance pour septembre
– le nom des signes du zodiaque montrés en dessous.
– les degrés de longitude contenu dans ces signes du zodiaques selon les astrolabes de la fin du Moyen-Âge.

©Photo. R.M.N. / R.-G. Ojéda

Le Radeau de la Méduse

Le 25 août 1819, Le Radeau de la Méduse de Théodore Géricault était présenté au Salon de l’académie royale, l’exposition parisienne la plus importante de cette époque.

Appelé alors simplement « Scène de naufrage », le tableau montre les survivants de La Méduse, une frégate qui s’était échouée sur un banc de sable au large du Sénégal trois ans auparavant.
Des 147 personnes qui montèrent au départ sur le radeau, seules quinze étaient encore en vie quand l’Argus, un autre bateau, les retrouva deux semaines plus tard. La faim, la soif, la folie et même le cannibalisme avaient eu raison des autres. D’ailleurs, sur les quinze survivants, cinq succombèrent encore peu après leur arrivée sur la terre ferme.

Dès l’ouverture du Salon, l’horreur du sujet de la Méduse fascina le public. Mais les critiques furent très divisés. Les tenants du classicisme exprimèrent leur désapprobation, voire leur répulsion face à la fois au thème du tableau et à son traitement, trop éloigné des canons de la beauté idéale. D’autres au contraire furent sensibles au fait que Géricault avait traité un sujet politique dans l’air du temps.
En effet, le naufrage de la frégate était dû en grande partie à l’arrogance de son capitaine, un incompétent nommé à ce poste uniquement parce qu’il était un fervent soutien de la monarchie. (En 1816, on est juste deux ans après l’accession au trône de Louis XVIII, et le retour de la royauté après la Révolution et l’Empire). Peindre Le Radeau de la Méduse, c’est donc afficher clairement des opinions libérales, en opposition au retour des Bourbons.

A la fin du Salon, le jury décerna sa médaille d’or à Géricault mais se refusa à acheter le tableau pour le musée du Louvre. Aucun autre acquéreur ne se présenta et la Méduse resta stockée chez un ami du peintre jusqu’à sa mort.

L’Aïd el-Kebir

Aujourd’hui, nous sommes le 21 août 2018 pour le calendrier grégorien mais aussi le 10 du mois de dhou al-hijja de l’année hégirienne 1439 selon le calendrier musulman. Autrement dit, aujourd’hui, commence la plus grande fête de l’Islam : l’Aïd el-Kebir. Elle se terminera dans quelques jours, en même temps que le hajj, le pèlerinage aux lieux saints.

L’Aïd el-Kebir célèbre la foi d’Ibrahim (Abraham pour les Juifs et les Chrétiens) qui accepta de sacrifier à Dieu son fils unique Ismaël (Isaac pour les deux autres monothéismes) ainsi que l’acceptation par ce dernier d’être sacrifié. Heureusement, selon la tradition, Dieu envoya l’archange Jibril (Gabriel) qui remplaça le garçon par un mouton.

Pour commémorer cet événement, les Musulmans doivent à leur tour sacrifier un animal, en général un mouton. Un tiers de ses morceaux sont ensuite offerts aux pauvres tandis que la famille consomme le reste.

En Occident, la pratique de l’abattage à domicile est très controversée et parfois instrumentalisée par des groupes hostiles aux Musulmans. En France ou en Belgique, les autorités essaient d’orienter les fidèles vers des abattoirs agréés pour une meilleure sécurité sanitaire. Des militants de la défense des animaux essaient aussi de faire prévaloir un étourdissement préalable de l’animal pour limiter ses souffrances lors de l’égorgement rituel. Certains théologiens de l’Islam autorisent d’ailleurs les fidèles à remplacer le sacrifice par une aumônes aux pauvres. D’autres, des soufis, vont même plus loin en recommandant le végétarisme aux Musulmans.

Ci-dessous :

Illustration de Qisas al-anbiya (L’Histoires des prophètes) de Ishaq Ibn-Ibrahim al-Nishapuri datant de 1595 environ, conservée à la Bibliothèque Nationale de France, Paris

L’Assomption

Le 15 août est férié chez nous en l’honneur de l’Assomption de Marie, une grande fête catholique.

Pour les croyants, la Vierge Marie, la mère du Christ, n’est pas morte comme tout un chacun, mais elle est directement montée au Ciel ou, selon l’expression consacrée, « entrée dans la gloire de Dieu ».

Cet épisode de la vie, si j’ose dire, de Marie ne vient pas du Nouveau testament. Aucun Evangile n’en parle. Les premiers à le faire sont des auteurs ecclésiastiques orientaux du IVè siècle après Jésus-Christ. Trois cents ans plus tard, l’Occident a adopté cette tradition et le pape Théodore institue officiellement la fête correspondante. Elle prend le nom d’Assomption au VIIIè siècle.

La fête a ensuite une importance particulière en France, surtout après 1638. Le roi Louis XIII qui vient enfin d’avoir un fils après 23 ans de mariage (le futur Louis XIV), remercie alors la Vierge de son aide (!) en lui consacrant le royaume et en instaurant des processions tous les 15 août.

Mais la fête n’est définitivement consacrée que le 1er novembre 1950 (!) quand le pape Pie XII proclame que l’Assomption est un dogme, c’est-à-dire une vérité révélée par Dieu rendue simplement explicite par l’Eglise.

Les chrétiens orthodoxes célèbrent aussi la Vierge le 15 août lors d’une fête proche de l’Assomption: la Dormition. Pour eux, Marie a bien été élevée au Ciel comme pour les catholiques, mais pas « directement ». Elle est auparavant morte et a dû être ressuscitée par son fils.

De leur côté, les chrétiens protestants rejettent et l’Assomption et la Dormition. Ces fêtes relèvent pour la plupart de l’idolâtrie : ils reprochent aux catholiques et aux orthodoxe de vouer à la Vierge une adoration qui n’est destinée qu’à Dieu. Ceux qui continuent à fêter le 15 août comme les luthériens ou les anglicans parlent seulement de la « fête de Marie ».

 


Ci-dessous :

  • l’Assomption de la Vierge Marie par Fra Angelico, panneau de reliquaire, 1432 env., Isabelle Stewaer Gardner Museum, Boston.
  • l’Assomption de la Vierge Marie par Philippe de Champaigne, 1671, Musée Thomas henry, Cherbourg -Octeville

 

 

 

Les Très riches Heures : Août

Voici le folio du mois d’août des Très riches Heures du duc de Berry. Comme je vous l’expliquais le 1er juillet, ce livre d’heures contient un calendrier avec tous les rites chrétiens annuels. Commandé par Jean de Berry (1340 – 1416), il ne fut terminé qu’après sa mort vers 1485-86.

La page dédiée à août montre à l’arrière-plan le château d’Étampes (Essonne) dont le donjon ou tour de Guinette est toujours debout de nos jours. Le duc de Berry l’acheta à la mort du comte d’Etampes et l’offrit au mari de sa petite-fille. Une interprétation fait donc des personnages nobles du premier plan le duc et ses petits-enfants. Mais cette identification est très discutée.

Derrière ces figures aristocratiques, on voit des paysans se livrant aux travaux des champs ou se baignant dans une rivière. Leur nudité est parfois interprétée comme une manière de les montrer comme des êtres vulgaires et grossiers. On aurait alors une opposition claire entre les nobles et les paysans qui serait un reflet de l’idéologie du commanditaire du livre d’heure. Jean de Berry idéaliserait les aristocrates mais mépriserait les paysans.

Richard Blade et saint Erasme

(âmes sensibles s’abstenir)

Ou la rencontre inattendue de la littérature populaire et de la culture classique.

La nuit dernière, je me suis livrée au plaisir (un peu) coupable de lire Les adorateurs de Dshubba, une aventure de Richard Blade, voyageur de l’infini.

Dans un des premiers chapitres, un « brigand du désert » subit une des séances de torture les plus explicites que j’ai lues depuis un moment. Il faut ce qu’il faut. Passé le « Ah mais c’est dégoutant ! » de rigueur pour se donner bonne conscience dans ces cas-là et pouvoir continuer sa lecture, je me suis rendue compte que le supplice de ce pauvre pillard était directement inspiré de celui qui coûta la vie… à saint Érasme.

Selon l’hagiographie, saint Érasme de Formia était l’évêque de cette ville de Campanie (Italie) au 3è siècle. Il fut persécuté par les empereurs romains Dioclétien et Maximien Hercule. Tour à tour, il fut jeté dans une fosse avec des serpents, couvert d’huile bouillante et de de souffre, plongé dans un bain bouillant, enfermé dans une armure de métal brûlant puis dans un tonneau avec des pointes saillantes qui fut roulé à bas d’une montagne. Et ce n’est pas fini : ses dents furent arrachées, ses doigts cloués; il fut encore enduit de poix et enflammé… Je vous passe le reste : ça devient répétitif. Mais il survécut à tout et, bien sûr, ne cessa pas de vouloir convertir les habitants de l’empire au christianisme.

C’est alors que, pour s’en débarrasser définitivement, un Romain eut une idée très dégout… originale. C’est elle qui est reprise dans Blade. On ouvrit largement le ventre du saint et ses intestins furent enroulés autour d’un cabestan de navire.
Plus tard, saint Erasme devint le patron des marins mais on le pria aussi pour éviter les maladies intestinales et assister les femmes souffrant pendant leur accouchement.
En 1628, le peintre Nicolas Poussin illustra même cette scène pour la basilique Saint Pierre de Rome pour orner un autel consacré au saint. Vous pouvez admirer son tableau ci-dessous.

Brennus et la bataille de l’Allia

Le 18 juillet 390 ou 387 avant Jésus-Christ a lieu un événement qui traumatise les Romains pour plusieurs siècles : la bataille de l’Allia, du nom de la rivière près de laquelle elle se déroule.

Là, à seulement une quinzaine de kilomètres de la Ville, les troupes du tribun consulaire Quintus Sulpicius Longus subissent une des pires défaites de l’histoire romaine face à l’armée gauloise de Brennus, inférieure en nombre mais beaucoup plus expérimentée.
Paniqués par les chants de guerre gaulois, surpris par l’assaut de leurs adversaires qui ont d’emblée déjoué leur tactique, les Romains se font massacrer. Ceux qui parviennent à fuir se noient en masse. Les survivants rejoignent une cité étrusque tout proche et renoncent à rentrer tout de suite à Rome.

La Ville est abandonnée aux Gaulois qui la mettent à sac à l’exception du Capitole qui résiste plusieurs mois avant de se rendre. Les survivants doivent s’humilier et payer une énorme rançon à leurs vainqueurs pour s’en débarrasser enfin.

Cet épisode du sac de Rome par les Gaulois donne lieu ensuite à l’invention de nombreux épisodes héroïques et est exagéré par la plupart des auteurs/historiens romains.
Trois cents ans plus tard, quand César part à la conquête des tribus gauloises, la mémoire de l’Allia est encore bien présente à Rome. Elle fait douter certains de la capacité du proconsul à triompher de ses adversaires et poussent les autres à espérer une revanche qui lave enfin leur humiliation.

Depuis, cette victoire gauloise contre les Romains et le sac de Rome qui a suivi n’ont pas cessé d’alimenter l’imaginaire français pour le pire et le meilleur.
Au XIXè siècle, l’image du barbare se teinte d’une connotation érotique comme on le voit dans le tableau de Paul Jamin ci-dessous. Mais, parallèlement, dans le cadre de l’affirmation de la nation française et de la lutte contre l’Allemagne, Brennus devient aussi un symbole nationaliste.
C’est tout naturellement donc qu’Alix part à la recherche de son épée dans les Légions perdues pour empêcher Pompée de s’en servir pour rallumer la guerre en Gaule (ce qui donne l’occasion à Martin de présenter Brennus et la prise du Capitole)
À notre époque encore, l’équipe victorieuse du championnat de France de Rugby reçoit en récompense le « bouclier de Brennus ». On dit souvent qu’il doit son nom du chef gaulois alors qu’il s’agit en fait simplement de celui de son créateur : Charles Brennus, un maître graveur du XIXè siècle passionné de sport.
Mais c’est beaucoup moins héroïque !