L’actualité

Le printemps sacré

Aujourd’hui, c’est le premier jour du printemps. C’est l’occasion de vous parler d’une coutume antique aussi brutale qu’étonnante : le printemps sacré, « ver sacrum » en latin.

Il s’agit d’une pratique expiatoire attestée en Italie et parmi les peuples indo-européens au début de l’Antiquité. Quand un désastre militaire ou une famine advenait, on cherchait à se concilier les dieux en leur consacrant tout ce qui naissait dans l’année : les récoltes, les animaux mais aussi les enfants. Ils devenaient « sacrés » et n’avaient plus leur place dans la communauté. Arrivés à l’âge adulte, ils étaient donc chassés de leur cité et devaient aller ailleurs fonder la leur.

Cette mesure brutale en évitait peut-être une autre encore pire : leur sacrifice aux dieux. Sans doute aussi était elle une forme de régulation démographique, même si cet aspect n’est pas mis en avant. Le géographe Strabon parle ainsi de jeunes Sabins consacrés à Mars qui leur envoya un taureau pour les guider vers le sud. Là, après avoir vaincu et chassé la population locale, ils sacrifièrent l’animal au dieu et devinrent le peuple samnite.

Ces rites très violents perdurèrent ensuite à Rome sous une forme atténuée. En 218 avant notre ère, après la défaite de Trasimène contre Carthage, on consacra tout aux dieux sauf les chiens, les chevaux et bien sûr les enfants.

Ci-dessous : le sacrifice d’un taureau dans Alix senator, tome 3.

Publié le Catégories Bande dessinée, Éphéméride, Histoire antique
Partager Google+ LinkedIn

Joseph et Georges

Aujourd’hui, c’est la saint Joseph : les catholiques fêtent l’époux de la vierge Marie et le père nourricier du Christ. Ce personnage qui apparaît tardivement dans les Évangiles de Matthieu et de Luc fut longtemps jugé très secondaire par l’Eglise (voire embarrassant: quelles ont été exactement ses relations avec la Vierge ?).

Ce n’est qu’au XVIe et surtout XVIIe siècle que son culte prend de l’ampleur. Et c’est pourquoi je vous en parle aujourd’hui : Georges de La Tour, que j’aime tant, lui a dédié deux de ses tableaux :

– L’Apparition de l’ange à Joseph, vers 1640, conservé aux Musée des Beaux Arts de Nantes. On y voit l’ange Gabriel sous la forme d’un enfant avertir Joseph en rêve que sa femme attend un enfant conçu par l’Esprit saint et destiné à laver le monde de ses péchés.

– Saint Joseph charpentier, vers 1645, conservé au Louvre. Joseph, censé exercé le métier de charpentier, perce un trou dans un morceau de bois sous les yeux de Jésus enfant qui l’éclaire déjà de sa bougie, comme il est censé devenir plus tard la « lumière du monde ».

 

 

 

Merlin et la forme de la terre

Revu ce soir avec toujours autant de plaisir : “Merlin l’enchanteur” (1963).

Il y a une scène que j’avais oubliée mais qui a beaucoup plus de sel aujourd’hui que la première fois que j’ai regardé ce dessin animé dans les années 80. Merlin poursuit l’éducation d’Arthur en lui donnant une information révolutionnaire, quelque chose que tous les autres hommes ignorent encore et qui lui donnera donc un grand avantage sur eux : la Terre n’est pas plate mais ronde !

Une information qui redevient révolutionnaire de nos jours !

La saint Patrick

Aujourd’hui, c’est la saint Patrick, autrement dit la fête de tout ce qui symbolise l’Irlande à l’étranger : le vert, le trèfle et surtout la bière.

L’hôtel de ville de Bayeux illuminé en vert ce week-end. ©Ouest-France

 

A l’origine seul le trèfle est réellement lié à saint Patrick. Il ne recommandait pas la consommation excessive de bière (on s’en doute) et on le célébrait à d’abord avec du bleu. Le vert est apparu seulement en 1798 pendant la révolte de l’Irlande quand le trèfle et sa couleur sont devenus des symboles du patriotisme irlandais et que la Société des Irlandais unis se choisit un drapeau vert avec la harpe d’or.

Saint Patrick lui-même est un saint censé être mort en Ulster le 17 mars 461 après avoir évangélisé l’Irlande.

Selon la légende, il était issu d’une famille de citoyens romains de l’île de Bretagne. Enlevé par des pirates, il fut vendu comme esclave en Irlande. Là, il « rencontra Dieu » et devînt très pieux. Une vision divine l’aida ensuite à s’échapper et il retourna chez lui après s’être promis de revenir évangéliser l’île où il avait été retenu. Quelques années plus tard, en 432, il fut effectivement envoyé par le pape Célestin répandre le culte chrétien en Irlande . Là, il convertit de nombreux princes, se proclama évêque, créa des diocèses – 365 selon la légende – et des monastères.

Selon une tradition populaire, il se serait servi d’un trèfle pour expliquer le concept de trinité lors d’un sermon, trèfle qui serait resté associé à son nom par la suite. Patrick est aussi réputé avoir chassé tous les serpents de l’île, c’est-à-dire, d’en avoir symboliquement chassé le démon.

Sa fête devint une fête légale irlandaise dès 1607 et un jour férié en 1903. Ce n’est cependant pas la fête nationale irlandaise comme on l’entend souvent: l’Irlande n’a pas d’équivalent à notre 14 juillet.

Ides de Mars

Au matin des ides de mars 44 avant Jésus-Christ, Jules César, mon dictateur perpétuel préféré, était assassiné de 23 coups de couteau par une conjuration de sénateurs au pied de la statue de Pompée, son meilleur ennemi.

Menés par Marcus Junius Brutus et Caius Cassius Longinus, ces grands aristocrates romains s’opposaient à la dérive autocratique de César. Ils ne se rendaient pas compte que leur défense désespérée de la République romaine traditionnelle allait relancer les guerres civiles et surtout ouvrir la voie au petit-neveu de César, le futur Auguste.

J’ai toujours voulu représenter ce tragique événement dans une de mes BD. Cela paraissait difficile dans Alix Senator qui se déroule une trentaine d’années après. Mais j’ai trouvé une solution dans la lignée de Jacques Martin. Ne pouvant raconter directement l’aventure de Spartacus, il consacre un album à son fils où un ancien révolté évoque ses souvenirs de la guerre servile. Dans Alix Senator, j’imagine donc que Césarion a survécu à la chute de l’Égypte, complote contre Auguste et connaît la même fin tragique que son père supposé.

Ci-dessous, la mort de Césarion dans Alix Senator, tome 3 : La Conjuration des Rapaces.

Minute nostalgie : Albator

Du 14 mars 1978 au 13 février 1979, TV Asahi diffusait pour la première fois, Uchūkaizoku Kyaputen Hārokku, notre « Albator, le corsaire de l’espace », ou « Albator 78 » pour les intimes. Le dessin animé allait arriver chez nous un an après en janvier 1980 dans Récré A2.
Je vous épargne la musique du générique, mais j’ai eu du mal à résister…

Georges de la Tour

Aujourd’hui c’est l’anniversaire d’un de mes peintres préférés : Georges de la Tour. Il est né chez moi, en Lorraine en 1593. Il a peint de nombreuses scènes religieuses ou inspirées de la vie quotidienne, le tout dans la continuité du Caravage.

S’il a rencontré très vite le succès, La Tour a aussi connu les malheurs de la guerre de Trente Ans. Sa maison détruite, il a dû fuir à Paris avec sa femme. La paix revenue, ils rentrèrent dans la région mais quelques années plus tard, une grave épidémie les emporta tous les deux.

Longtemps oublié avec ses œuvres attribuées à d’autres, La Tour ne fut redécouvert qu’au vingtième siècle.

Voici quelques-uns de ses tableaux :

Marcellus callipyge

Marcellus, le fils d’Octavie et neveu d’Auguste mourut en 23 avant Jésus-Christ à 19 ans. Je ne pourrai donc jamais l’utiliser dans Alix Senator. Et c’est bien dommage !

Pour compenser, je vous présente sa statue réalisée sans doute à la demande de son oncle pour son monument funéraire par le sculpteur grec Cléoménès l’Athénien. Il reprend le type classique d’un “Hermès orateur”, Hermès le messager des dieux, le dieu des marchands, des voleurs et un des plus beaux parleurs de l’Olympe.

En général, on montre cette statue de face mais je me demande si je ne préfère pas l’autre côté…

Pour les curieux, “callipyge” veut dire “aux belles fesses” ((καλός / kalόs = « bon, beau », πυγή / pugế = « fesse »))

Luxuria incubuit, victumque ulciscitur orbem

ou « Le vice s’est abattu (sur Rome) et venge l’univers vaincu ». C’est cette sentence de Juvénal, un poète satirique latin, qu’a voulu illustrer le peintre Thomas Couture dans son œuvre monumentale : « Les Romains de la décadence » en 1847, conservée aujourd’hui au Musée d’Orsay.

Caractéristique du courant académique de cette époque ces « femmes nues dans des attitudes voluptueuses » (dixit l’historien Henri-Irénée Marrou) remportèrent un franc succès à leur époque. Une partie de la critique y vit la réconciliation des styles classique et romantique, ancien et moderne, mais d’autres commentateurs eurent la dent très dure avec le peintre. Il fut jugé pas à la hauteur de son sujet : « l’immense lâcheté et l’immense débauche de la vieille Rome » (Edmond Texier), suivant le fantasme que l’on se faisait à l’époque de la chute de l’empire antique.

C’était oublier que Couture était un Républicain anticlérical qui critiquait surtout la Monarchie de Juillet au pouvoir en France depuis le sacre de Louis-Philippe 1er en 1830. Entre 1846 et 1847, plusieurs des éminents soutiens du roi avaient été pris dans des scandales de corruption allant de la simple malversation à la pédophilie. D’ailleurs, comme chacun sait que de la décadence à la chute, il n’y a qu’un pas, la « révolution de Février » provoqua dès 1848 l’abdication de Louis-Philippe et l’avénement de la Deuxième République.