L’actualité

Thomas Becket, l’archevêque en cent morceaux

Le 29 décembre 1170, Thomas Becket, archevêque de Cantorbery, est assassiné dans sa cathédrale par des partisans de son meilleur ennemi, le roi d’Angleterre Henri II. On a longtemps cru à un complot mené par celui-ci mais il semble bien que les hommes aient agi de leur propre initiative, juste pour lui faire plaisir.

Mais le meurtre d’un tel ecclésiastique, quelques jours après Noël et dans sa propre église, ne pouvait que susciter un scandale international. Il fallait bien qu’au moins un roi soit responsable d’une telle horreur…

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Comme Thomas Becket défendait les prérogatives de l’Église contre les velléités autocratiques de son souverain, le pape Alexandre III s’empressa de le canoniser en février 1173. Henri II, sans doute affreusement vexé, dut faire pénitence sur sa tombe pour ne pas être excommunié.

Pire encore, Thomas Becket fut ensuite vénéré comme martyr dans toute l’Europe chrétienne. Pour satisfaire les fidèles, son corps fut découpé en une centaine de morceaux placés dans de magnifiques reliquaires comme celui que je vous montre ci-dessous, conservé au Victoria and Albert Museum de Londres.

Il en reste aujourd’hui seulement une bonne moitié. Henri VIII, le lointain successeur d’Henri II avait la mémoire longue et la rancune tenace. Il fit détruire toutes les chasses qui se trouvaient encore à Cantorbery à son époque.

Chasse de reliques de Thomas Becket, conservée au Victoria and Albert Museum, Londres.

Abymes et l’École des Chartes

C’était en 1998 dans les locaux de la Sorbonne. J’avais les cheveux rouges, je soutenais ma thèse d’archiviste paléographe et je ne savais pas encore que j’allais devenir scénariste de Bande Dessinée. Toute une époque ! 🙂
Des années plus tard, j’ai raconté cette soutenance (ou presque) dans le tome 3 d’Abymes réalisé avec Denis Bajram.
Et voilà qu’une case de cette page se retrouve aujourd’hui dans le livre publié par l’École des Chartes, « mon » école et surtout celle des conservateurs d’archives, de bibliothèques et de musées pour fêter son bicentenaire. La boucle est bouclée.

Camille Claudel

Camille Claudel en 1884.

Née le 8 décembre 1864, Camille Claudel se passionne pour la sculpture dès son plus jeune âge. Elle attire bientôt l’attention du sculpteur Alfred Boucher, très reconnu à cette époque, et devient son élève avec d’autres jeunes filles. Mais il doit partir pour la Villa Médicis à Rome et demande alors à Auguste Rodin de le remplacer comme professeur.

Camille Claudel au bonnet, Auguste Rodin, 1885, musée Afro Brasil (São Paulo). © Sailko

Le travail de Camille Claudel impressionne beaucoup celui-ci qui la prend parmi ses praticiens dès 1884. Selon la légende, c’est elle qui aurait sculpté par exemple les mains des « Bourgeois de Calais ». Parallèlement, elle aurait influencé Rodin pour plusieurs autres œuvres comme « Le Baiser » ou « La Porte de l’Enfer ». En tout cas, les deux artistes se rapprochent et finissent par vivre une idylle qui durera jusqu’en 1892. Mais le sculpteur ne quittera jamais sa compagne officielle pour Camille Claudel, bien qu’elle ait souvent envisagé le mariage avec lui de son côté.

Sakountala, Camille Claudel, 1905, Musée Rodin, Paris.

Au cours de ces années de compagnonnage artistique, la maîtrise de la jeune femme s’accroît et son style de vient de plus en plus personnel. Elle s’attarde non seulement à travailler les nus chers à Rodin mais aussi, et de plus en plus, les motifs de drapé et toute une « statuaire de l’intimité », faite de scènes quotidiennes et de moments saisis sur le vif.

Les Causeuses (1897), Camille Claudel, Musée Rodin, Paris. © Thibsweb

Après 1892, Camille Claudel finit de se libérer totalement de l’influence de Rodin. En 1897, elle trouve une mécène, la comtesse Arthur de Maigret, qui lui permet de vivre de la sculpture. Mais une brouille intervient en 1905 et la sculptrice peine alors à trouver d’autres financements. Elle n’a qu’une seule commande de l’Etat en 1907. Si elle reçoit pendant ces années-là quelques soutiens de critiques comme Octave Mirbeau, elle est alors assez vue globalement par la société qui l’entoure. Paradoxalement, elle qui cause le scandale en sculptant des nus comme le ferait un homme, est une conservatrice antidreyfusarde et antirépublicaine.

De plus, dès 1905, Camille Claudel développe de profonds troubles paranoïaques. Elle vit recluse dans appartement en accusant Rodin de son manque de succès, alors qu’il l’a pourtant aidé plusieurs fois depuis leur rupture en payant son loyer et en lui présentant critiques et marchands d’art.

La Vague (1897), Camille Claudel, Musée Rodin, Paris. © Lomita

En 1912, alors qu’elle connaît une misère de plus en plus profonde, elle détruit elle-même ses œuvres pour « se venger de ses ennemis ». Tous la considèrent comme folle et l’année suivante, dès la mort de son père qui seul la protégeait encore, sa mère et son frère, l’écrivain Paul Claudel, la font interner.

Camille Claudel restera dans différents asiles jusqu’à sa mort en 1943, peut-être de malnutrition comme ce fut le cas de nombreux aliénés durant la Deuxième Guerre Mondiale. Ses amis essaieront en vain de la faire sortir et même Rodin restera impuissant à l’aider.

Elle ne sculptera plus jamais.

L’Âge mûr (1899), Camille Claudel, Musée Rodin, Paris. © Thibsweb

Le Mary Celeste

Le 4 décembre 1872, on retrouva au large des Açores un des plus célèbre vaisseaux fantômes de l’histoire maritime : le Mary Celeste. Il avait souffert : ses voiles étaient en mauvais état, sa cale en partie remplie d’eau. Mais il ne menaçait pas de couler. Sa cargaison d’alcool dénaturé était encore là ainsi que le contenu des cabines. Mais l’équipage et les passagers avaient complètement disparu. Peut-être avaient-ils emprunté la barque qui manquait mais on ne les retrouva jamais.

Le tribunal maritime de Gibraltar fut impuissant à comprendre ce qui s’était passé. Comme souvent, ce manque d’explication fit naître de nombreuses rumeurs et théories plus ou moins fondées. Ainsi, en 1884, un jeune médecin de marine, un certain Arthur Conan Doyle, s’en inspira pour publier un récit anonyme dans le Cornhill Magazine : J. Habakuk Jephson’s Statement . Il ajouta beaucoup de détails qui s’éloignaient de la réalité et fit des morts de la Mary Celeste les victimes d’un homme étrange, se disant le vengeur de l’Afrique et désirant y créer un empire rivalisant avec les pays occidentaux. Il faut dire qu’on n’était à peine une vingtaine d’années après l’abolition de l’esclavage et la Guerre de Sécession. Le futur créateur de Sherlock Holmes pensait que tout le monde comprendrait qu’il s’agissait d’une fiction, mais certains le prirent au sérieux. Le consul de Gibraltar diligenta même une enquête pour tout vérifier.

Trombe marine dans la baie de Tampa (Floride), © Joey Mole

Avant et après Conan Doyle, beaucoup d’autres auteurs, journalistes ou experts diversement qualifiés donnèrent leur version du naufrage. Ils firent la richesse du mythe que nous connaissons aujourd’hui.

Voici quelques-unes de leurs versions, des plus réalistes aux plus farfelues :
– L’équipage a abandonné le navire à la suite d’une violente trombe et s’est ensuite perdu en mer.
– Il a peut-être rencontré plutôt un iceberg ou subi un « tremblement de mer ».
– Le voilier s’est trouvé immobilisé en mer et a commencé à dériver vers des hauts-fonds. Il a été abandonné pour éviter le naufrage.
– Un incendie a fait craindre une explosion à cause du chargement d’alcool.
– Le tout est une escroquerie à l’assurance qui a mal tourné.
– Le Mary Celeste a été attaqué par des pirates berbères du nord du Maroc.
– Le capitaine a été pris d’une fureur religieuse et a massacré tout le monde avant de se suicider.
– L’équipage aurait découvert un vapeur abandonné avec un trésor à bord. Ils se seraient partagé ce trésor avant de partir dans les chaloupes à vapeur vivre une nouvelle vie.
– Tous les marins ont été dévorés par un calmar géant.
– Ils auraient succombé à une expérience mystique reliée à l’Atlantide.
– Tout ça aurait un rapport avec le Triangle des Bermudes…
– Et les extra-terrestres, hein ?

L’Ishtar du Louvre

Il n’y a pas que des taureaux ailés au département des Antiquités orientales du Musée du Louvre, il y a aussi la statuette du fameux démon Pazuzu quand elle n’est pas prêtée aux États Unis pour une exposition et puis cette ravissante figurine d’Ishtar, la déesse mésopotamienne de l’Amour et de la Guerre.

Image © R.M.N. / P. Bernard

Elle a été réalisée en albâtre peut-être à l’époque d’ Alix Senator, entre le IIe siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C. en tout cas. Ses bijoux sont or. Ses yeux sont des rubis ainsi que l’ornement de son nombril. J’avoue qu’il lui donnent un peu l’aspect d’une vampire. D’ailleurs, c’est dans une tombe qu’elle a été découverte. Elle aurait vraiment tout pour inspirer Anne Rice, non ?

Les Calendriers de l’Avent

Amis bédéphiles, vous pouvez voir ci-dessous le calendrier de l’Avent réalisé par le génial Chris Ware pour À la mère de famille, la plus vieille chocolaterie parisienne. En plus d’être très joli, il respecte bien la tradition avec ses 24 petits compartiments qui dissimulent chacun une surprise chocolatée. Ses heureux possesseurs pourront en ouvrir un chaque jour d’aujourd’hui 1er décembre à Noël.

Calendrier de l’Avent créé par Chris Ware pour La Mère de famille en 2020.

Ce calendrier tire son nom de la période de l’Avent, du latin « adventus », l’avénement (du Messie), c’est-à-dire la naissance du Christ. Pour les catholiques de nos régions, l’Avent commence le quatrième dimanche avant Noël et se termine le 24 décembre. Au départ, c’était une période de jeûne, comme celle du Carême qui précède la fête de Pâques. Aujourd’hui, c’est plutôt un moment d’espoir et d’attente joyeuse.

L’idée du calendrier lui-même est né en Allemagne au XIXe siècle. On donnait alors des images pieuses aux plus jeunes. En 1908, un éditeur de Munich eut l’idée de commercialiser un cartonnage où étaient attachées ces petites images. Mais ce n’est qu’à partir de 1920 qu’elles sont cachées par des fenêtres ou des portes à ouvrir chaque jour. En 1958, a lieu un dernier changement majeur : à côté des illustrations apparaissent chez certains commerçants des surprises plus gourmandes : chocolats, bonbons…

Aujourd’hui, on trouve des calendriers de l’Avent de toutes les formes, de toutes les matières et avec toutes sortes de cadeaux. Beaucoup de grandes marques en proposent et c’est devenu un enjeu commercial comme beaucoup des traditions entourant Noël. En 2017, il s’était vendu plus de 11,6 millions de calendriers renfermant des chocolats en France pour un montant de 64,5 millions d’euros.

Les Enquêtes du Louvre

Le dernier Alix Senator a donné une excellente idée à Martin Quenehen : m’inviter à participer à une de ses Enquêtes du Louvre, le podcast autour des œuvres majeures du musée. Elle était bien sûr consacrée aux taureaux ailés de Khorsabad que l’on voit sur la couverture.

La semaine dernière, j’ai donc eu le grand plaisir de me rendre au Musée du Louvre. Il était fermé donc vide (qui n’a jamais rêvé de se retrouver seul ou presque dans le Louvre vide ?). Martin et moi avons discuté plusieurs heures devant les fameux taureaux et les bas-reliefs assyriens du département des Antiquités Orientales. Je les avais déjà vus, mais j’ai redécouvert, comme à chaque fois, à quels points ils étaient impressionnants. Je ne peux que vous inviter à aller les admirer aussi dès que le Louvre sera réouvert et… à écouter notre podcast quand il sera disponible.

Surtout ne pas Kraken

Il a fallu attendre aujourd’hui pour que j’ai cette révélation : le Kraken du film “Le Choc des Titans” de 1981 n’est pas un monstre mythologique grec. Ça ne vient pas non plus de “Krakenos” comme osait le suggérer il y a encore 5 minutes mon helléniste maison. Non, en fait le Kraken est un monstre issu des légendes scandinaves. Voilà, maintenant vous aussi vous connaissez la vérité, Hollywood nous a tous trompés ! Fake news !
En bonne antiquisante, je ne pourrai donc plus jamais utiliser le mème « Release The Kraken » comme avant… Que vais-je donc pouvoir dire quand notre voisin ouvrira sa porte pour libérer son caniche de combat ?

L’Homme au masque de fer

Le 19 novembre 1703, un étrange prisonnier meurt à la Bastille au bout de 34 ans d’incarcération. Nul ne connaît ni son nom, ni son visage, ni pourquoi il est là.

Bien sûr, cela enflamme les imaginations et, en 1751, Voltaire lui-même parle, dans son Siècle de Louis XIV, de cet « homme au masque de fer ». Il ajoute de nombreux détails croustillants aux simples faits connus et le prisonnier devient le symbole des dérives de l’absolutisme royal. La légende est lancée. Elle ne fera que s’amplifier par la suite.

Louis XIV par Hyacinthe Rigaud en 1701, Musée du Louvre.

Mais qui était le « masque de fer » finalement ? Voici les hypothèses les plus romanesques. Il s’agirait :
– selon Voltaire, du frère jumeau de Louis XIV, du frère aîné, bien sûr, qui aurait pu lui disputer le trône.
– de l’enfant adultérin de la reine Anne d’Autriche et du duc de Buckingham
– d’un autre amant de la même Anne d’Autriche qui serait le vrai père de Louis XIV
– du surintendant Nicolas Fouquet, victime de la jalousie de Louis XIV
– de Molière, qui ne serait pas mort sur scène mais aurait été arrêté car les jésuites ne lui pardonnaient pas le Tartuffe.
– de d’Artagnan que le masque aurait dissimulé aux regards des mousquetaires qui le gardaient et auraient voulu libérer leur ancien capitaine.
– du nain Nabo, un esclave noir appartenant à l’épouse de Louis XIV et avec qui elle aurait eu une fille.
– du chirurgien Auger, un des protagonistes de l’Affaire des poisons.
– d’un simple valet sans importance mais Saint-Mars, le gouverneur de la prison, voulait faire croire à tout le monde qu’il gardait un prisonnier important.

Je vous laisse en inventer d’autres maintenant 🙂