Daniel dans la fosse aux lions

Daniel dans la fosse aux lions, peint en 1872 par Briton Rivière et conservé au Musée de Liverpool.

Ou comment un homme attaché et sans défense domine (du regard ?) toute une horde de fauves.

Daniel est un des grands prophètes de l’Ancien Testament. Déporté à Babylone, il est si sage qu’il devient le conseiller du roi Nabuchodonosor (oui, ce nom existe réellement). Il interprète ses rêves et a toute sa confiance jusqu’à la chute de la ville devant les Mèdes et les Perses.

Leur souverain, Darius, utilise aussi les talents de prophète de Daniel, mais son entourage voit d’un mauvais œil leur relation privilégiée. Daniel finit par tomber en disgrâce et il est condamné à être jeté dans la fosse aux lions du palais.

Heureusement, son Dieu est avec lui. Il survit glorieusement à l’épreuve et retrouve la faveur royale.

Les images de la semaine

Tous les jours ou presque, je poste sur les réseaux sociaux des images qui me plaisent beaucoup sans mériter un vrai article sur ce site. Alors je les rassemble pour les publier quand j’en ai l’occasion. Si vous n’avez pas envie d’attendre, vous pouvez aller voir mes murs Instagram et Facebook : tout est visible par tous.

Voici les dernières :

– Un peu de douceur dans ce monde de brutes.
Madeleine aux deux flammes peinte par Georges de la Tour vers 1640 et conservée au Metropolitan Museum of Art, à New York.– Comment doivent s’habiller les députés quand ils siègent à l’Assemblée Nationale ?
Le peintre Jacques-Louis David – celui du Serment du jeu de paume par exemple – répond à cette épineuse question vers 1795-1799 :
Projet de costume de représentant du peuple conservé au Musée Carnavalet.

Portrait d’une jeune Vénitienne réalisé par Albrecht Dürer en 1505 et conservé au Musée d’Histoire de l’Art de Vienne.

– Bon j’avoue, je ne vous montre pas ces photos pour Maurice Garin mais beaucoup plus pour la voiture avec ses entraîneurs. Toute une époque !
Ci-dessous donc :
Maurice Garin, futur premier vainqueur du Tour de France au départ de la première étape en 1903.
Photo prise par Jules Beau et restée dans sa collection
et
Automobile de Maurice Garin, conduite par ses entraîneurs lors de la course Paris-Brest de 1901
Photo prise par Jules Beau et restée dans sa collection

– Tête d’une épouse ou d’une fille du pharaon Akhenaton réalisée en quartzite peinte vers 1350-1340 avant notre ère et conservée au Musée égyptien de Berlin.

Tanagra à l’éventail

La canicule me fait regretter le vieil usage de l’éventail et l’éventail me fait penser à la délicate statuette que je vous montre ce soir : « Tanagra » à l’éventail bleu, conservée à l’Altes Museum de Berlin.Une tanagra est une statuette féminine en terre cuite du 4e ou 3e siècle avant notre ère. Elle tire son nom de la nécropole grecque où furent découvertes plusieurs centaines de figurines en 1870. Mais on en produisait dans tout l’orient hellénistique.
Hélas, beaucoup nous sont parvenues après le pillage et la destruction de la tombe dans laquelle elles se trouvaient et il est très difficile aujourd’hui de connaître leur histoire précise.

Deux dogūs du Japon

Histoire de sortir un peu de l’aire européenne, je vous propose aujourd’hui deux statuettes retrouvées au Japon.

A gauche : « Vénus » de Tanabatake, préfecture de Nagano, réalisée en argile vers 2500 – 1500 avant notre ère. Photo © Takuma-sa A droite : « Déesse Jōmon » sculptée entre 3000 et 2000 avant notre ère, préfecture Yamagata. Photo © Saigen Jiro

Ces dogū, deux parmi les 20 000 environ qui ont été découvertes, datent de la période du Jōmon moyen à récent (entre 3000 et 1300 avant notre ère).
À cette époque, les chasseurs-cueilleurs de l’archipel se sédentarisent dans des villages de plus en plus structurés. Ils ne pratiquent pas l’agriculture et vivent surtout de pêche. Ils sont parmi les premiers au monde à inventer la céramique, même s’ils font aussi des statuettes en pierre.
Chaque région a son style ou presque, très différent de celui des autres. Comme pour les statuettes européennes, on ignore totalement quelle pouvait être leur fonction.

Sémiramis

Sémiramis est une reine assyrienne du 9e siècle avant notre ère. Son histoire réelle est peu connue mais elle a donné naissance à une des grandes légendes du Proche-Orient antique. Elle commence en tragédie et finit en apothéose et, vous verrez, elle a quelques similitudes avec le mythe de Romulus.

La reine Sémiramis (1905), par Cesare Sacaggi.

Tout débute donc avec une divinité, non pas avec Mars, mais avec sa compagne de toujours : la déesse de l’Amour, la Vénus locale. Elle est très en colère contre Dercéto une autre déesse, une sorte de sirène, qui vit en célibataire près d’Ascalon, au Proche Orient. Pour la punir de ne pas s’intéresser à l’amour, Vénus ou plutôt Ishtar, lui donne l’envie irrépressible de s’unir à un jeune mortel. Quelques mois plus tard, Dercéto accouche d’une petite fille et, comprenant avec horreur ce qui s’est passé, tue son amant, abandonne son enfant et plonge pour toujours au fond de son lac préféré.

Heureusement, le bébé est recueilli par des colombes, les oiseaux d’Ishtar/Vénus, puis par des bergers qui lui donnèrent son nom de Sémiramis. Devenue grande, sa beauté attire l’attention d’un général qui l’épouse, puis du roi de Ninive qui ordonne à son mari de se suicider pour pouvoir l’épouser à son tour. Les rois, comme les dieux, ne reculent devant rien à l’époque.

Mais son mariage ne porte pas chance au souverain de Ninive. Il meurt peu de temps après la naissance du fils qu’il a avec Sémiramis.

Elle lui succède et règne durant 42 ans. Son plus grand fait de gloire est de fonder la ville mythique de Babylone. Pour se faire, elle détourne l’Euphrate et entoure le nouvel espace urbain d’une muraille de 70 km de long (!). Puis elle dote la ville de splendides monuments : un immense réseau de palais, un temple dédié au roi des dieux, Marduk, et surtout les fameux jardins suspendus, une des sept merveilles du monde antique.

Et Sémiramis ne s’arrête pas là. Elle se fait guerrière et conquiert l’Arménie, la Médie, d’autres royaumes asiatiques, puis l’Égypte et l’Éthiopie. Comme Alexandre après elle, elle emmène ses armées jusqu’au fleuve Indus. A son retour, elle apprend que son fils conspire contre elle. Selon certaines versions de la légende, il réussit tout de même à l’assassiner. Selon d’autres, elle se suicide en se jetant dans un bûcher. Selon d’autres enfin, elle retire juste du pouvoir avant, comme sa mère, de disparaître à tout jamais. Mais toutes les versions concordent sur un ultime point : au moment de sa mort, Sémiramis est transformée en colombe et emportée au ciel pour y devenir une déesse.

Tout est bien qui finit bien.

Akrotiri, la perle de Santorin

L’île de Santorin, Théra dans l’Antiquité, a été ravagée par une gigantesque explosion volcanique vers 1600 avant notre ère. Au XXe siècle, des archéologues ont fait (à tort) de ce cataclysme l’origine du mythe de l’Atlantide. Spyridon Marinatos, le premier d’entre eux, est venu dans l’archipel pour essayer de corroborer son hypothèse à partir de 1967. Il y découvrit que la catastrophe avait détruit au passage une prospère cité de plusieurs milliers d’habitants. Ce lieu de fouille est appelé aujourd’hui Akrotiri.

 

La vie s’y organisait autour de bâtiments à étages qui servaient autant à l’artisanat (poterie, métallurgie, fabrication d’amphore, de tissus… ) qu’à l’habitation. La prospérité venait du commerce de ces fabrications locales ainsi que de celui du vin, de l’huile, du miel. Elle a permis l’importation de viandes et d’artefacts variés de Grèce, mais aussi la construction d’un premier réseau d’égouts et la réalisation de fresques qui n’ont rien à envier à celles de Cnossos.

Heureusement, l’éruption a fait très peu de victimes à Akrotiri : la plupart des habitants ont réussi à fuir à temps. Quand les tremblements de terre annonciateurs du pire ont débuté, ils ont vidé entrepôts et maisons et sont allés se mettre en sûreté. On ignore ce qu’ils sont devenus exactement. En tout cas, ils ne sont pas revenus chez eux. L’éruption a rendu leur île inhabitable pour plusieurs siècles.

Santorin, la Crète et l’Atlantide

Le temple du Minotaure, le mystérieux sanctuaire atlante que découvre Alix dans sa dernière aventure, se situe près d’une île des Cyclades, Théra, appelée Santorin de nos jours. Ce n’est pas un hasard.

L’Atlantide est une civilisation imaginaire décrite par Platon, un philosophe du Ve siècle avant notre ère. On l’a cherchée ensuite partout dans le monde, mais c’est seulement le XX e siècle qui l’a associée avec la Crète et plus encore avec Santorin, située à 100 kilomètres environ au nord de la grande île.

L’île de Santorin, an 2000 – EOS photo NASA

Tout a commencé avec l’archéologue Spyridon Marinatos. En 1939, il a effectué des fouilles en Crète et posé l’hypothèse que la pierre ponce trouvée dans le sol provenait d’une éruption du volcan de Santorin. Pour lui, un tsunami causé par cette même éruption a entraîné la chute de la civilisation minoenne et le mythe de l’Atlantide est né du souvenir déformé de cette catastrophe.

De fait, Santorin a connu une énorme éruption vers 1600 avant notre ère, une des plus puissantes de notre Histoire. Le volcan a été pulvérisé ou s’est effondré sur lui-même. La mer est entrée en contact avec la lave qui devait atteindre les 1000° C. Ce brutal choc thermique a engendré un gigantesque tsunami. Au moins trois vagues de plus de vingt mètres de haut ont pénétré les côtes de la Crète sur des centaines de mètres emportant tout sur leur passage. Mais on pense aujourd’hui que cela a été insuffisant pour causer la décadence de l’île. Elle ne s’est produite vraiment que quelques siècles et quelques autres catastrophes plus tard.

Le cataclysme a-t-il néanmoins inspiré l’Atlantide ? Rien n’est moins sûr non plus. Il n’est pas évoqué par Platon, ni par aucun autre auteur de l’Antiquité. Sa date ne correspond pas à celle donnée pour la disparition de la cité légendaire et la géographie de celle-ci est très différente de celle de Santorin. Le plus probable est donc que le rapprochement fait entre la catastrophe réelle et le récit platonicien est aussi erroné qu’il peut être stimulant pour l’imagination.

Le Disque de Phaistos

En 1908, l’archéologue Luigi Pernier a découvert un bien curieux objet dans les ruines du palais minoen de Phaistos, en Crète : un disque d’argile de 16 cm de diamètre couvert de hiéroglyphes inconnus disposés en spirales.

Peut-être s’agit-il d’un texte dans une écriture encore indéchiffrée à ce jour. Il daterait du IIe millénaire avant notre ère. Mais aucun autre objet du même type n’a encore été découvert et certains savants pensent qu’il peut s’agir d’un faux réalisé début XXe siècle.

Je n’ai pas eu l’occasion d’en parler dans le dernier Alix Senator, mais j’en aurais bien fait un exemple de la mystérieuse écriture atlante que Kachta et Tefnout cherchent à décrypter en vain pour l’instant.

Dragon étouffant un éléphant

Au Moyen-Âge, les savants pensaient que le dragon – ce serpent géant avec des pattes et des ailes – était le pire ennemi de l’éléphant. C’est ce que nous montre l’enluminure ci-dessous réalisée en Angleterre avant 1187 et conservée à la Morgan Library and Museum (New York).

C’est en fait une très vieille idée. Déjà dans le livre VIII de son Histoire naturelle, le Romain Pline l’Ancien nous décrit les combats épiques des deux animaux qui vivent, comme chacun sait, en Inde et en Éthiopie :

« Le dragon a de la peine à s’élever à la hauteur de l’éléphant; en conséquence, […] il se jette sur lui du haut d’un arbre : l’éléphant sait qu’il n’est pas assez fort pour lutter contre les nœuds qui l’étreignent; aussi cherche-il à écraser son ennemi contre les arbres […] : le dragon prévoit le danger, et tout d’abord il lui enlace les jambes avec sa queue; l’éléphant défait les nœuds avec sa trompe; le dragon enfonce sa tête dans les narines de l’éléphant, et à la fois lui ferme la respiration et le blesse dans les parties les plus délicates.
Quand ils se rencontrent à l’improviste, le serpent se dresse et attaque son adversaire, principalement aux yeux; De là vient qu’on trouve souvent des éléphants aveugles, consumés par la faim et le chagrin. […]
On rapporte encore autrement ce combat : l’éléphant, dit-on, a le sang très froid, aussi est-ce surtout pendant les chaleurs que les serpents le convoitent; en conséquence, cachés dans les rivières, ils guettent l’éléphant qui vient boire; ils s’enlacent autour de sa trompe et le mordent à l’oreille, parce que c’est le seul endroit qu’il ne puisse défendre avec sa trompe; ils boivent tout son sang, tant ils sont énormes. L’éléphant, ainsi épuisé et mis à sec, tombe; le dragon enivré est écrasé, et meurt. »
(Traduction Ph. Remacle)

La déesse aux serpents

« Déesse aux serpents », datée de 1600 avant notre ère, trouvée à Cnossos et conservée au Musée archéologique d’Héraklion. © Jebulon

 

Voici la déesse aux serpents, une des plus célèbres statuettes de l’art minoen.

Elle a été retrouvée dans les ruines de Cnossos et restaurée par Arthur Evans, le premier archéologue à avoir redécouvert l’endroit. Mais Evans avait tendance à « réinventer » les objets qu’il trouvait et on se demande aujourd’hui si certaines parties ( dont la tête) voire l’objet entier ne sont pas des faux.

Reste que d’autres statuettes reprenant la même thématique ont été découvertes aussi depuis. Elles sont souvent interprétées comme des représentations d’une déesse-mère à la féminité à la fois sauvage et subversive. Base d’une religion matriarcale, elle aurait dominé un panthéon crétois constitué d’un jeune dieu et de divinités mineures liées à la nature : esprits de la végétation (griffons, animaux ailés), arbres ou monts sacrés.