Surtout ne pas Kraken

Il a fallu attendre aujourd’hui pour que j’ai cette révélation : le Kraken du film “Le Choc des Titans” de 1981 n’est pas un monstre mythologique grec. Ça ne vient pas non plus de “Krakenos” comme osait le suggérer il y a encore 5 minutes mon helléniste maison. Non, en fait le Kraken est un monstre issu des légendes scandinaves. Voilà, maintenant vous aussi vous connaissez la vérité, Hollywood nous a tous trompés ! Fake news !
En bonne antiquisante, je ne pourrai donc plus jamais utiliser le mème « Release The Kraken » comme avant… Que vais-je donc pouvoir dire quand notre voisin ouvrira sa porte pour libérer son caniche de combat ?

Tibère et Agrippa Postumus

Tibère, fils de Livie et successeur d’Auguste, est né à Rome le 16 novembre 42 avant notre ère.

Vous le voyez ci-dessous en buste ainsi que dans une page du tome 3 d’Alix senator. Elle parle d’une autre naissance, celle d’Agrippa Postumus, dernier petit-fils d’Auguste et donc futur rival de Tibère au trône impérial. Inutile de dire que le nourrisson devenu jeune homme fut éliminé dès la mort de son grand-prêtre, peut-être sur l’ordre de celui-ci qui ne l’aimait pas ou bien sur celui de Tibère et Livie qui voulaient assurer leur tranquillité future.

 

Khorsabad

Après le désastre de Carrhes, Alix est emmené comme esclave à Khorsabad. Ce n’est pas une cité inventée par Jacques Martin mais une vraie ville antique disparue.

Appelée plus justement aujourd’hui Dur-Sharrukin, la « Forteresse de Sargon », elle était située au nord de l’Irak actuel et avait été fondée par un peuple beaucoup plus ancien que les Parthes : les Assyriens.

Extrait de l’Esclave de Khorsabad, Alix senator 11, éditions Casterman

Malgré son nom, Dur-Sharrukin était une vraie ville destinée à devenir la capitale de son créateur, Sargon II. Murailles, palais royal, temples, ziggourat, maisons avaient été construits très rapidement : de 717 à 705 av. J.-C. Le roi avait financé ce chantier colossal en obtenant des prêts de ses dignitaires, en vendant une partie du Trésor royal et… en pillant en 714 le temple de la cité sainte de Musasir. Il s’était même vanté d’en avoir ramené plus de trois cent mille objets de valeur et plusieurs tonnes de métal précieux ! Bien sûr, ce qu’il en a fait dans L’Esclave de Khorsabad est une invention de ma part.

Malheureusement pour lui, Sargon mourut mystérieusement peu après l’inauguration de sa ville. Son fils, Sennachérib, ne s’y intéressa pas. Il préféra s’installer à Ninive, une cité toute proche, beaucoup plus ancienne et prestigieuse. La ville fondée par Sargon ne se développa donc jamais vraiment. Elle fut sans doute été abandonnée dès 612, quand le royaume assyrien s’effondra.

Marcus Licinius Crassus

Né vers 115 av. J.-C., Crassus est le général romain qui entraînera Alix et son père dans la calamiteuse bataille de Carrhes. Considéré comme l’homme le plus riche de Rome, il est aussi un des principaux hommes politiques de la fin de la République.

Sa carrière commence pendant la seconde guerre civile (de – 82 à – 81) dans laquelle il prend le parti du futur vainqueur, Sylla. Mais c’est dix ans plus tard, au moment de la révolte de Spartacus, que Crassus se fait remarquer.

Crassus contre Spartacus

Chargé par le Sénat de mettre fin à la rébellion, le général coupe l’armée des esclaves de son ravitaillement puis l’empêche de fuir en Sicile. Après quelques déboires, il obtient une victoire totale sur ses adversaires. Plus de soixante mille sont tués. Six mille autres sont crucifiés le long de la Via Appia. Crassus espère obtenir le triomphe pour sa victoire mais on ne lui accorde que l’ovation. Or, au même moment, Pompée, revenu d’Hispanie où il a écrasé une autre révolte menée par un général romain reçoit, lui, le triomphe. C’est le début d’une inimitié grandissante entre les deux hommes. Cela ne les empêche pas de devenir des alliés politiques objectifs. Ils partagent le consulat en – 70. Puis, en – 59, ils s’allient à l’autre homme fort du moment, César, pour former le premier triumvirat et dominer la République romaine.

Le Fils de Spartacus, extrait pg 25, Jacques Martin, éditions Casterman

Crassus contre les Parthes

En – 55, Crassus devient une seconde fois consul. L’année suivante, il gagne la province syrienne qu’il doit diriger. Mais sa jalousie envers Pompée l’incite à vouloir lui aussi se couvrir de gloire. Il entreprend donc une grande campagne contre l’empire parthe. Elle se termine en juin 53 avec le désastre de Carrhes. Plus de vingt mille soldats romains et alliés y perdent la vie. Au moins dix mille sont faits prisonniers. Crassus lui-même est tué lors d’une entrevue en vue d’un armistice avec les Parthes deux jours plus tard. Il laisse César et Pompée face à face et prêts à commencer une nouvelle guerre civile pour le pouvoir.

La mort de Crassus

L’historien Dion Cassius évoque avec réserve ce qui aurait pu être les derniers instants de Crassus. Comme sa soif d’or était fameuse à Rome comme dans l’empire parthe, son vainqueur, le général Suréna aurait fait couler de l’or fondu dans sa bouche en lui disant : « Rassasie-toi de ce métal dont tu es si avide ! ». L’horreur de ce châtiment le fit ensuite entrer dans la légende. Mais, il est plus probable que le général romain mourut pendant une bousculade entre ses hommes et les Parthes. Il fut peut-être même tué par ses propres lieutenants qui redoutaient l’humiliation qu’aurait constitué sa captivité pour la République.

Tête de Crassus, 1er avant notre ère, trouvée en Italie, exposée au Louvre

Agrippine la Jeune

Julia Agrippina dite Agrippine la Jeune est née le 6 novembre 15 apr. J.-C. bien loin de Rome, à Ara Ubiorum, la future Cologne. Mais on la connaît davantage pour sa mort tragique. Elle fut assassinée à 44 ans par son propre fils, le fameux empereur Néron.

Une enfance tragique

J’aimerais pouvoir vous dire que, pourtant, tout avait bien commencé pour elle. Mais non, sa mort tragique ne fut que la conclusion logique d’une vie qui le fut tout autant. Agrippine était née en Germanie inférieure car ses parents craignaient que leur oncle Tibère, devenu empereur l’année précédente, n’en profite pour éliminer son père, Germanicus, qu’il jalousait depuis longtemps. Il faut dire que le général était jeune, beau et très populaire, surtout auprès des soldats. Bref, il avait toutes les qualités requises pour s’emparer du trône impérial. Mais Tibère ne tenta finalement rien en 15.

Pourtant, quatre ans plus tard, Germanicus mourut subitement à Antioche. Les mauvaises langues s’empressèrent de dire qu’il avait été empoisonné. Sa veuve, Agrippine l’Aînée, prit très mal sa mort. Elle s’impliqua dans les intrigues politiques romaines et Tibère commença à se méfier aussi d’elle. Il lui interdit de se remarier de peur qu’elle ne pousse son second mari à le renverser. Les mauvais sentiments de l’empereur s’amplifièrent encore quand il perdit son fils et unique héritier. De fait, les enfants d’Agrippine devenaient alors ses successeurs potentiels, chose insupportable pour l’empereur de plus en plus misanthrope. En 29, il finit par faire arrêter Agrippine l’Aînée avec ses deux premiers fils. Tous trois moururent de façon atroce. Battue par des soldats au point d’en perdre un œil, la veuve de Germanicus fut contrainte de se laisser mourir de faim.

Statue d’Agrippine la Jeune en prêtresse, 54-59 apr. J.-C., Rome, © Carole Raddato

Premiers mariages, inceste et premiers empoisonnements

Heureusement, sa fille, Agrippine la Jeune, était à l’abri depuis l’année précédente : elle avait épousé un homme choisi par Tibère lui-même : Cneius Domitius Ahenobarbus. Violent et débauché, celui-ci apprécia d’emblée les qualités de sa jeune épouse. Selon la légende, il proclama que de leur couple ne pouvait naître qu’un monstre. Effectivement, en décembre 37, Agrippine accoucha du futur Néron, son seul enfant. Là aussi la légende s’empara de l’événement : les mages qu’elle aurait consultés pour connaître l’avenir du nouveau-né lui auraient dit qu’il serait empereur mais qu’il la tuerait. Et elle aurait répondu : « Qu’il me tue, pourvu qu’il règne ».

À la même époque, la rumeur accusa Agrippine d’entretenir une relation incestueuse avec le successeur de Tibère : son propre frère Caligula. Mais ce dernier était très versatile et, deux ans plus tard, Agrippine perdit sa faveur. Accusée d’adultère (eh oui…) et d’avoir pris part à un complot, elle fut exilée avec une de ses sœurs et autre maîtresse de Caligula, sur une des îles Pontines. Elles ne purent rentrer au Palatin qu’après l’accession surprise à l’empire de leur oncle Claude.

Devenue veuve, Agrippine se remaria en 41 avec un des hommes les plus riches de Rome… qui mourut opportunément six ans plus tard en laissant toute sa fortune au petit Néron. Bien sûr, la rumeur accusa Agrippine de l’avoir empoisonné. Mais cela ne l’empêcha pas de candidater l’année suivante pour devenir la nouvelle épouse de Claude… qui venait de faire exécuter la précédente, Messaline.

Meurtrière de l’empereur Claude

Agrippine parvint, bien sûr, à ses fins malgré le problème que posait cette union à la morale romaine : le mariage d’un oncle et d’une nièce était jugé incestueux. Parvenue au fait des honneurs, notre héroïne en profita largement. Elle élimina ses rivales potentielles, s’empara des biens de riches romains, prit un riche affranchi pour amant et… fit revenir d’exil le philosophe Sénèque dont on chuchotait qu’il avait été et était toujours lui aussi son amant. Aveugle, Claude adopta tout de même Néron comme son fils en 49, si bien qu’en 54 c’est celui-ci qui lui succéda après qu’il eut mangé un plat de champignons dont Agrippine avait amoureusement préparé l’assaisonnement.

Assassinée par Néron

Les cinq années qui suivirent furent assez calmes. Mais Néron ne supporta pas plus longtemps l’autorité de sa mère, devenue bien encombrante depuis qu’elle ne lui servait plus à rien. En 59, l’empereur décida donc d’assassiner Agrippine en maquillant sa mort en naufrage. Heureusement (ou malheureusement ?), elle survécut à cette première tentative. Néron, furieux, dût envoyer des soldats pour l’exécuter en bonne et due forme. On raconte qu’au moment où elle vit le centurion sortir son glaive, elle s’écria seulement « Frappe au ventre ! », ce ventre qui avait porté Néron.

La bataille de Carrhes

Le 9 juin 53 avant Jésus-Christ a lieu la bataille de Carrhes, une des plus importantes de la fin de la République romaine puisqu’elle débarrasse César et Pompée de leur rival Crassus mais aussi une bataille fondatrice pour le futur sénateur Alix. Son père Astorix y participe et c’est suite à sa disparition que son fils devient esclave en Orient et que débutent ses aventures comme je le rappelle dans le tome 11 : l’Esclave de Khorsabad.

Tout ou presque a commencé l’année précédente quand Caius Licinius Crassus a été nommé gouverneur de Syrie. C’est le troisième homme du triumvirat qui se dispute le pouvoir à Rome et il compte bien profiter de la situation pour se couvrir de gloire et d’argent et l’emporter à terme sur César et Pompée.

Il commence par s’en prendre à Antioche puis à Jérusalem dont il pille le temple, puis il s’engage dans une grande campagne contre les Parthes avec une armée de plus de 40 000 hommes.

La bataille principale a lieu à Carrhes contre le général Suréna, ses 9 000 archers montés et ses 1 000 cataphrates, sa cavalerie lourde. Les Romains, qui ont sous-estimé la puissance des archers parthes sont progressivement acculés et enfoncés par les cavaliers. Trahis par les alliés qui formaient leur arrière-garde, ils finissent par paniquer et endurent des pertes très lourdes. Le fils de Crassus essaie bien de lancer sa propre cavalerie (dont la troupe gauloise dont fait partie Astorix dans la fiction) contre les Parthes mais il est finalement encerclé et massacré. La bataille est un désastre pour les Romains.

Crassus est même tué quelques jours plus tard pendant une entrevue avec Suréna qui dégénère. Puis, selon la légende, le général parthe fait couler de l’or fondu dans la bouche du cadavre pour se moquer de sa soif insatiable de richesses.

Au total, plus de 20 000 membres de l’armée romaine ont été tués et 10 000 réduits en esclavage. On ignore le sort de la plupart des autres. On sait seulement que seuls 300 des 40 000 hommes partis de Syrie y retournèrent sains et saufs. la plupart sont des Gaulois comme Iorix et les siens qu’Alix devra plus tard ramener en Gaule.

L’expansion romaine à l’est est arrêtée nette mais Suréna ne profite pas longtemps de sa victoire. Le jugeant sans doute dangereux après un tel succès, son propre roi Orodès II le fait rapidement exécuter.

Finalement, les seuls à profiter vraiment de la bataille de Carrhes sont César et surtout Pompée. Ils se retrouvent face à face à Rome. Leur duel à mort peut commencer.

La malédiction du pharaon

 

Le 4 novembre 1922, Hussein Abdel-Rassoul, un porteur d’eau au service de l’égyptologue Howard Carter, découvre au cœur de la vallée des Rois, la première marche d’un escalier qui s’enfonce dans le sol. Au bout se trouve le fameux tombeau de Toutânkhamon. En descendant à l’intérieur, Carter découvre un fabuleux trésor… et donne involontairement naissance à un classique de la culture populaire : la malédiction du pharaon !

La tombe de Toutânkhamon, décembre 1922, photo Burton, © Institut Griffith, université d’Oxford.

L’affaire commence au mois d’avril suivant quand meurt soudainement lord Carnavon, le commanditaire des fouilles archéologiques. Les journalistes ont beau jeu de rappeler le sinistre présage qui a précédé l’ouverture de la porte du tombeau. Le petit canari de Carter s’est fait dévoré par un cobra, l’animal protecteur traditionnel des pharaons.

Mais ce n’est pas tout. La presse va plus loin et invente une malédiction trouvée dans la dernière demeure de Toutânkhamon : « la mort touchera de ses ailes ceux qui profaneront ce lieu. » L’histoire remporte un grand succès populaire. Elle inspire Arthur Conan Doyle, grand adepte du spiritisme, qui parle de mauvais sorts jetés par les anciens Égyptiens sur les futurs profanateurs, et Agatha Christie qui écrit alors L’Aventure du tombeau égyptien. Tout cela finit de renforcer le pouvoir de fascination de la mystérieuse malédiction.

Dans les années qui suivent, les journaux reprennent donc cette thématique à chaque fois qu’une personne liée de près ou de loin à la découverte de la tombe meurt. Elles sont 27, jusqu’à Howard Carter lui-même en 1939.

Des scientifiques tenteront ensuite d’expliquer le phénomène : les torches du tombeau étaient imprégnées d’arsenic, des moisissures allergènes s’y étaient développées, la poussière avait provoquée des pneumonies asphyxiantes…

Bon, en fait, toute une foule de gens a approché le tombeau ou son contenu après sa découverte et il est juste normal qu’un certain nombre soit morts dans les années qui suivirent. D’ailleurs, toutes ces morts ont une explication rationnelle: lord Carnavon par exemple décède d’une septicémie causée par des piqures de moustiques infectées et Howard Carter des suites d’une cirrhose.

Mais, on est bien d’accord, c’est beaucoup moins amusant que penser que la malédiction du pharaon a eu raison des profanateurs venus troubler son sommeil éternel et voler son fabuleux trésor.

 

Fleurir les tombes : une coutume antique

Les tombes du cimetière de Remiremont ont été bien fleuries en ce jour de la Toussaint. Photo A.R. Anthony RIVAT

 

Aujourd’hui, jour de Toussaint et veille du jour des défunts, certains d’entre vous se livreront sans doute à la coutume bien ancrée chez nous d’aller fleurir la tombe de leurs proches disparus pour leur manifester une nouvelle fois leur affection. On pense souvent que ce rituel à une origine chrétienne mais il n’en est rien, au contraire.

Orner les tombes de fleurs est une pratique tout ce qu’il y a de plus païenne au départ. Les Grecs réalisaient pour leurs disparus des couronnes et des guirlandes d’amarantes, de myrtes, de roses ou d’iris. À Rome, on préférait plutôt le lis, les roses, l’asphodèle, le safran ou le buis.

Plus tard, au Moyen-Âge, l’Église catholique condamna même cette coutume et seul resta dans les cimetières l’if, un arbre que sa longévité faisait considérer comme sacré.

Ce n’est qu’avec la Révolution, sa volonté d’abandonner les pratiques chrétiennes et de revenir à celles des Grecs et des Romains, que les fleurs firent leur grand retour sur les tombes. Progressivement, elles devinrent les symboles du deuil romantique et toutes les couches de la population s’en emparèrent.

De nos jours encore, elles restent un incontournable de la fête de la Toussaint au point que les fleuristes ont obtenu de rester ouverts un dernier week-end avant de fermer pour le reconfinement.

——————
Si cela vous intéresse :

Halloween

Célébrée dans la soirée du 31 octobre, veille de la Toussaint chrétienne, Halloween est une fête d’origine païenne, provenant des îles anglos-celtes.

Son nom est une contraction de l’anglais (et non du Celte) « All Hallows-Even » = « the eve of All Hallows’ Day » = « la veille de tous les saints ». Cependant, la plupart des historiens du folklore européen considèrent Halloween comme une survivance de Samain, une fête célébrée au début de l’automne par les Celtes qui marquait plutôt pour eux le nouvel an. La nuit de Samain n’appartenait ni à l’année qui se terminait ni à celle qui commençait. C’était le moment où l’autre monde se confondait avec le monde réel et où les mortels pouvaient communiquer avec les morts et les divinités.

De leur côté, les catholiques ont commencé à commémorer les martyrs à Rome à partir de 619. Ils le faisaient le 13 mai, jour des anciennes Lemuria, pendant lesquelles les Romains païens conjuraient les mauvais spectres. Mais, au IXe siècle, le pape Grégoire IV transforma cette fête en célébration de tous les saints et la déplaça au 1er novembre, peut-être pour christianiser Samain et ses équivalents locaux.
Puis, en 998, les moines de Cluny commencèrent à célébrer tous les fidèles morts le 2 novembre. Rome adopta officiellement cette fête des défunts au XIIIè siècle.

Mais la fête du 31 octobre, resta toujours une fête très populaire en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles. D’ailleurs Jack-o’-lantern, la citrouille lanterne, est elle-même dérivée d’une légende irlandaise.
Jack aurait été un ivrogne, un avare qui joua plusieurs fois des tours pendables au diable. A sa mort, il ne put donc entrer ni au paradis, ni en enfer : il fut condamné à errer éternellement avec un navet creusé et contenant un charbon ardent pour s’éclairer.

Au XIXe siècle, apparut, toujours en Irlande et en Écosse, une nouvelle tradition : les enfants allaient de maison en maison pour prier et chanter en échange de « soul cakes ». Cela s’exporta aux État-Unis et au Canada en même temps que le reste de la fête d’Halloween avec l’arrivée massive d’émigrants irlandais et écossais sur le sol américain, notamment à la suite de la Grande famine en Irlande (1845-1851). Vers 1930, cette pratique y devint le « trick-or-treating ». Aujourd’hui, les enfants se déguisent toujours en petits monstres et visitent toujours leur quartier orné de squelettes, de citrouilles maléfiques et de chapeaux de sorcières pour récolter des bonbons.

En France, la célébration d’Halloween s’est développée surtout dans les années 90 du siècle dernier à l’initiative de quelques grandes marques. Mais, vue surtout comme un phénomène commercial et marketing, elle s’est essoufflée progressivement (jusqu’à son retour en force grâce à un prochain effet de mode ?).
Les églises chrétiennes cherchent d’ailleurs à en décourager la célébration qui concurrence pour eux la Toussaint et la fête des morts.

Alix l’Intrépide offert avec L’Esclave de Khorsabad

Le 4 novembre prochain, le tome 11 d’Alix Senator, L’Esclave de Khorsabad sort en librairie… avec l’album Alix l’intrépide en cadeau.

Si vous êtes lecteur de la série originelle, ça ne vous surprendra pas. Vous avez dû reconnaître d’emblée une allusion aux toutes premières aventures d’Alix dans le titre du prochain album du sénateur. Les deux livres sont bien liés, un peu comme La Forêt carnivore était liée aux albums d’Alix sur Alésia et Vercingétorix. Une deuxième (et dernière) fois, le sénateur revient sur les traces de son passé.

Bien sûr, ne pas connaître le premier épisode de sa longue histoire ne vous empêcherait pas d’apprécier le retour d’Alix à Khorsabad. Mais pourquoi s’en priver ?