Pharsale

Le 9 août 48 avant Jésus-Christ, Pompée perd la guerre civile contre César. Celui-ci a déjà franchi le Rubicon et marché sur Rome. Il a aussi déjà défait les meilleures légions de son adversaire en Espagne. Il ne reste plus au futur dictateur qu’à poursuivre Pompée en Grèce où il s’est réfugié.

Mais ne croyez pas que ce dernier soit vaincu d’avance. Toujours soutenu par le Sénat romain, il est parvenu à rassembler plusieurs dizaines de milliers hommes, à remporter une première victoire sur César près de Dyrrachéion (Albanie actuelle) et à le contraindre à se replier. De plus, il est opportunément rejoint par le gouverneur de Syrie et ses deux légions.

Bref, quand Pompée installe son camp près de Pharsale (nord-est de la Grèce), la victoire finale est clairement à sa portée. Il dispose de 45 000 soldats dont 7 000 cavaliers quand César ne peut aligner que 22 000 hommes dont 1 800 à cheval. Mais, malheureusement pour Pompée, son adversaire comprend d’emblée, rien qu’en observant son ordre de bataille, quelle tactique il compte employer et il prend immédiatement les mesures nécessaires pour la contrer. Surpris, les cavaliers pompéiens prennent la fuite peu de temps après l’engagement. Les soldats de César commencent alors à décimer les frondeurs et les archers ennemis avant de prendre le gros des soldats à revers. Deux des légions de Pompée doivent très vite se replier. C’est la fin. Progressivement, toute l’armée pompéienne perd pied et se fait massacrer en tentant de prendre la fuite.

Pendant ce temps, l’imperator est retourné dans son camp et a ordonné à ses gardes de le défendre coute que coute. Cela ne suffit pas. César finit par s’en emparer. Pompée a juste eu le temps de prendre une nouvelle fois la fuite. Il se réfugiera en Égypte où il sera assassiné dès son arrivée par des conseillers du pharaon voulant faire plaisir à son adversaire.

Il est difficile de savoir combien de victimes, la bataille de Pharsale aura fait exactement. César racontera qu’il n’a perdu que 230 soldats contre 15 000 pour Pompée dont 20 sénateurs et même un ancien consul. A l’en croire, le dictateur aurait aussi fait 24 000 prisonniers et surtout pris 180 enseignes et 9 aigles de légion.

Pompée par Thierry Démarez
Publié le Catégories Alix Senator, Histoire antique
Partager Google+ LinkedIn