L’Aïd el-Kebir

Aujourd’hui, nous sommes le 21 août 2018 pour le calendrier grégorien mais aussi le 10 du mois de dhou al-hijja de l’année hégirienne 1439 selon le calendrier musulman. Autrement dit, aujourd’hui, commence la plus grande fête de l’Islam : l’Aïd el-Kebir. Elle se terminera dans quelques jours, en même temps que le hajj, le pèlerinage aux lieux saints.

L’Aïd el-Kebir célèbre la foi d’Ibrahim (Abraham pour les Juifs et les Chrétiens) qui accepta de sacrifier à Dieu son fils unique Ismaël (Isaac pour les deux autres monothéismes) ainsi que l’acceptation par ce dernier d’être sacrifié. Heureusement, selon la tradition, Dieu envoya l’archange Jibril (Gabriel) qui remplaça le garçon par un mouton.

Pour commémorer cet événement, les Musulmans doivent à leur tour sacrifier un animal, en général un mouton. Un tiers de ses morceaux sont ensuite offerts aux pauvres tandis que la famille consomme le reste.

En Occident, la pratique de l’abattage à domicile est très controversée et parfois instrumentalisée par des groupes hostiles aux Musulmans. En France ou en Belgique, les autorités essaient d’orienter les fidèles vers des abattoirs agréés pour une meilleure sécurité sanitaire. Des militants de la défense des animaux essaient aussi de faire prévaloir un étourdissement préalable de l’animal pour limiter ses souffrances lors de l’égorgement rituel. Certains théologiens de l’Islam autorisent d’ailleurs les fidèles à remplacer le sacrifice par une aumônes aux pauvres. D’autres, des soufis, vont même plus loin en recommandant le végétarisme aux Musulmans.

Ci-dessous :

Illustration de Qisas al-anbiya (L’Histoires des prophètes) de Ishaq Ibn-Ibrahim al-Nishapuri datant de 1595 environ, conservée à la Bibliothèque Nationale de France, Paris

Publié le Catégories Éphéméride, Peinture
Partager Google+ LinkedIn