Du danger d’être un “athée évadé” en 1546

Il était très risqué d’être imprimeur au XVIe siècle. Rien qu’en 1546, 4 furent étranglés puis brûlés place Maubert à Paris. Parmi eux se détache Etienne Dolet exécuté le 3 août 1546, le jour de son trente-cinquième anniversaire.

Issu d’une famille bien en cour – on le dit même fils illégitime du roi François Ier -, il passe son enfance à Orléans avant d’aller étudier à Paris puis à Padoue, Venise et Toulouse. Il est banni de cette dernière université en 1534 après de violentes disputes avec d’autres étudiants. Ce n’est pas la dernière fois que son fort tempérament lui vaudra des ennuis.

En 1535, il prend la défense de l’humanisme paganisant attaqué par Erasme dans son dialogue satirique « Ciceronianus ». L’écrivain des Pays-Bas se moque des auteurs fascinés par l’Antiquité classique au point d’en oublier d’être chrétiens. Dolet lui répond également sous la forme d’un dialogue satirique et le dédie à François Ier.

Le roi semble apprécier : il accorde à Dolet pour 10 ans le privilège d’imprimer tout ouvrage en latin, grec, italien ou français, de sa plume ou sous sa supervision. Mieux, François Ier accorde au décidément bien violent Dolet, sa grâce pour l’homicide accidentel d’un peintre commis le 31 décembre 1536.

L’écrivain va alors s’installer à Lyon, place forte de l’imprimerie à cette époque. Il édite des textes jugés majeurs aujourd’hui comme ceux de Galien, Rabelais, Marot ainsi que le Nouveau Testament en latin mais aussi… des livres jugés hérétiques par l’Église. C’était prendre trop de risques: bien que ses propres opinions religieuses ne soient pas connues avec certitude, Dolet est arrêté pour « athéisme » en 1542. Heureusement, l’évêque de Tulle qui est aussi le directeur du Collège royal – le futur Collège de France – et le maître de la librairie du roi, intervient en sa faveur. Dolet sort de prison au bout de 15 mois.

Mais ce n’était pas son genre d’en rester là, ni celui de l’Église : il récidive… et il est à nouveau emprisonné en 1544. Il s’évade alors, parvient à gagner le Piémont… mais revient à Lyon pour imprimer des lettres en appelant à la justice royale. Il est encore arrêté et la faculté de théologie de Paris le juge comme « athée évadé ». Abandonné par François Ier, Dolet est finalement supplicié place Maubert. Il est étranglé puis brûlé avec ses livres !

Depuis, le malheureux Etienne Dolet n’a pas été oublié : il est devenu un martyr de la liberté de pensée et d’expression. Sa statue élevée en 1889 à l’endroit de son exécution était le point de rassemblement des anti-cléricaux et des libres-penseurs jusqu’à sa destruction en 1942 par l’administration pétainiste. La même année son buste qui trônait à Orléans est également enlevé et fondu. Ce qu’il représentait n’était pas exactement en accord avec l’idéologie du régime de Vichy.
Aujourd’hui, l’imprimeur est de retour dans de nombreuses villes. S’il n’a pas de nouvelle statue place Maubert, il a des rues, des collèges et même une station de métro à son nom.

Ci-dessous, la statue de 1889, place Maubert. Dolet est représenté mains liées, une presse d’imprimerie sous les pieds.