Œdipe et le Sphinx

Puisque Gustave Moreau est né le 6 avril 1826, c’est l’occasion pour moi de vous montrer l’œuvre qui le rendit célèbre au Salon de 1864 : Œdipe et le Sphinx, conservé aujourd’hui au Metropolitan Museum of Art.

Ce fut un coup de tonnerre dans le milieu des jeunes peintres chez qui la mode était alors au réalisme et au naturalisme. Alors qu’il était de bon ton d’admirer Le Déjeuner sur l’herbe présenté l’année précédente par Édouard Manet et d’annoncer la mort de la peinture d’Histoire, Moreau a délibérément choisi un sujet mythologique classique et développé un style archaïsant, proche de celui d’Andrea Mantegna, un peintre italien du XVe siècle. Le choc fut tel que les caricaturistes s’amusèrent à représenter le Sphinx de Moreau en train d’empêcher de dormir Gustave Courbet.

Chacun a l’époque connaissait l’anecdote mythique qui inspirait le tableau. Le maléfique Sphinx gardait un carrefour menant à la ville de Thèbes et posait invariablement la même énigme aux voyageurs qu’il croisait. Comme ceux-ci n’arrivaient pas à en trouver la solution, il les dévorait sans pitié. Aussi quand Œdipe vint à passer, il lui demanda comme aux autres : « Qu’est-ce qui marche sur quatre pieds le matin, deux l’après-midi et trois le soir ? ». Et, bien sûr, Œdipe trouva la réponse (que je vous laisse deviner 🙂 ). Fou de rage, le Sphinx alla se jeter du haut d’un rocher. Le héros continua sa route vers la ville. Pour le remercier de l’avoir délivrée du monstre, on lui accorda la main de la reine-veuve Jocaste qui se révélera être en fait sa mère. Mais c’est une autre histoire…

Comme le Sphinx était de sexe féminin, certains critiques ont voulu voir dans le tableau l’illustration du thème de la femme fatale et de la guerre des sexes plus que de celle du Bien contre le Mal évoquée habituellement. Moreau, lui, en peintre résolument  symboliste, donnait ainsi le message contenu dans son œuvre : « Voyageur à l’heure sévère et mystérieuse de la vie, l’homme rencontre l’énigme éternelle qui le presse et le meurtrit. Mais l’âme forte défie les atteintes enivrantes et brutales de la matière et, l’œil fixé sur l’idéal, il marche confiant vers son but après l’avoir foulée aux pieds. »