Alix senator 9 en libraire le…

Ô joie ! “Les Spectres de Rome”, les neuvièmes aventures d’ Alix Senator seront dans toutes les bonnes librairies dès le 21 août prochain. J’ai déjà hâte d’avoir ce nouvel album en main.

 

Publié le Catégories Alix Senator, Bande dessinée
Partager Google+ LinkedIn

Auguste, grand pontife

Le 6 mars 12 avant notre ère, Auguste devenait pontifex maximus (“le plus grand prêtre”) de la religion romaine. C’était le dernier pouvoir important dans l’Etat romain qui lui échappait encore. Il est alors vraiment “empereur” au sens où nous l’entendons. La République est définitivement terminée.

C’est pour cela que j’ai choisi cette date symbolique pour commencer Alix senator. Rome entre dans une nouvelle ère, Alix aussi !

Ci-dessous, Alix senator, tome 1.

Tsukasa Hōjō , de Cat’s eye à City hunter

Le 5 mars 1959 nait à Kokura, le futur mangaka Tsukasa Hōjō. Même si vous ne l’avez pas lu, vous avez forcément vu les dessins animés tirés de ses œuvres si vous avez été ado dans les années 80/90.

De 1981 à 1985, il a réalisé sa première série à succès Cat’s eye qui met en scène les tenancières d’un café, le Cat’s eye, qui se transforment en redoutables voleuses après la fermeture. Voleuses pour la bonne cause, bien sûr, puisqu’elles ne s’emparent que des œuvres d’art produites par leur père mystérieusement disparu, dans l’espoir de le retrouver un jour.

Ce manga terminé, Tsukasa Hōjō commencea une autre comédie: City hunter (Nicky Larson dans la version française de l’adaptation animée). 35 volumes ont été réalisés de 1986 à 1992. Ryô Saeba, notre « Nicky Larson », sorte de détective/garde du corps/mercenaire vient en aide aux jeunes femmes qui lui plaisent… un peu trop au goût de sa partenaire, Kaori. Bien sûr, ils sont amoureux l’un de l’autre et bien sûr, aucun d’eux ne l’avouera avant la fin de la série.

Depuis Tsukasa Hōjō a réalisé Angel heart, une série parallèle à City hunter, F.Compo, une comédie familiale et de nombreuses histoires courtes.

Fils des âges farouches

C’est le 3 mars 1969 qu’est apparu pour la première fois Rahan dans le journal Pif Gadget.
Ses aventures écrites par Roger Lécureux et dessinées par André Chéret l’ont mis aux prises avec de dangereux sorciers prompts à abuser des désirs et des peurs de « ceux qui marchent debout », des fauves de toutes sortes et même… des dinosaures ! Avec ses seuls colliers de griffes et coutelas en ivoire qui ont fait rêver des générations d’enfants, il a exploré le monde à la recherche de la « tanière du soleil » jusqu’en 2010.
Entre temps, Pif Gagdet a disparu, Chéret a été en procès avec son éditeur, Vaillant, la série a rechangé plusieurs fois de maison d’édition et Roger Lécureux est mort en 1999, laissant la place à son fils, preuve que dans la réalité comme dans la fiction Rahan était prêt à survivre à tout.

Ci-dessous : Rahan découvert par Crâo qui deviendra son père adoptif et lui donne son nom.

Une incursion dans le manga

Je peux enfin vous en parler, grâce à Frederic Toutlemonde se concrétise une envie qui me tenaille depuis j’ai découvert le manga : écrire pour la BD japonaise.

Ces derniers mois, j’ai en effet scénarisé un hommage à Osamu Tezuka sous la forme d’une courte variation sur son œuvre majeure (qui est aussi une de mes préférées) : La Vie de Bouddha. Elle est en train d’être dessinée par mon talentueux camarade de l’Atelier virtuel, Brice Cossu et paraîtra au Japon dans le magasine Tezucomi de cet été.

Bref, je suis bonheur et joie.

 

Angoulême 2019

Comme chaque année, je serai présente au prochain festival de la Bandes dessinée d’Angoulême.
Je signerai mes albums sur le stand Casterman :
– Jeudi 24 janvier de 15h à 16h30
– Vendredi 25 janvier de 15h30 à 17h
– Samedi 26 janvier de 18h à 20h
J’y serai avec Denis Bajram mais Thierry Démarez et Steven Dupré sont restés à la maison pour préparer nos prochains albums.

Votez Rumiko Takahashi !

Tribune publiée originellement sur Actualitte.com

Chers amis auteurs et autrices de BD, comme chaque année depuis 2013, nous sommes invités à voter pour élire le prochain Grand Prix de la ville d’Angoulême. Nombreux sont ceux dont nous admirons les œuvres et qui n’ont pas encore été récompensés. Et surtout « nombreuses ». Depuis sa création en 1974, le Grand Prix n’a été décerné qu’une seule fois à une autrice : Florence Cestac en l’an 2000.

Claire Brétécher, souvent citée, n’a reçu en fait que le Prix du 10e anniversaire. À l’heure où la question de l’invisibilisation des femmes et plus généralement celle de leur égalité avec les hommes sont plus que jamais au cœur des préoccupations sociétales, il est très tentant de vous demander de voter simplement pour une autrice, quelle qu’elle soit, par principe. Mais ce serait dire que le sexe d’une autrice importe plus que son œuvre. Ce serait la dévaloriser d’une autre façon.

Alors non, je ne vous propose pas de voter que pour une femme, je vous propose surtout de voter pour « un grand auteur ».

Rumiko Takahashi fait partie de ces mangakas, qui ont marqué durablement plusieurs générations d’entre nous. Nous l’avons pour beaucoup découverte grâce aux animes tirés de ses récits et diffusés à la télévision à partir de 1988, avant de lire ses livres eux-mêmes après 1994. Ses séries les plus connues sont, bien sûr, Maison Ikkoku (Juliette, je t’aime), Ranma ½ ou Urusei Yatsura (Lamu).

 

Mais Rumiko Takahashi n’est pas seulement une des plus grandes autrices de comédies loufoques et romantiques ou de shonen d’arts martiaux, elle excelle aussi dans le récit historique, le fantastique ou même l’horreur. Quel que soit le sujet, sa créativité débordante, sa narration aussi claire qu’inventive et son dessin extrêmement attachant lui ont fait toucher le plus grand public.

La récompenser, c’est aussi réaffirmer que la Bande dessinée n’a pas à avoir honte d’être une culture populaire, que le « tout public » n’est pas forcément synonyme de « médiocrité » et que s’adresser en priorité aux adolescents ne veut pas dire qu’on ne fait pas œuvre d’auteur.

 

La Maison Ikkoku (Juliette, je t’aime)

J’emploie les termes « Bande dessinée », mais je devrais, bien sûr, plutôt dire « Manga ». Voter pour Rumiko Takahashi, c’est aussi voter pour une créatrice japonaise, donc faire un choix doublement radical et résolument actuel. Pendant très longtemps le palmarès du Grand Prix est resté très franco-belge.

Les Américains Will Eisner et Robert Crumb, primés en 1975 et 1999, faisaient figure d’exceptions. Depuis 2011 et le Prix attribué à Art Spiegelman, les choses ont un peu évolué. Mais seul un Japonais, Katsuhiro Otomo, a reçu le Grand Prix en 2015. Akira Toriyama a dû se contenter du Prix du quarantenaire deux ans plus tôt.

 

Ranma 1/2

Alors, et c’est une amoureuse de la Bande Dessinée franco-belge qui vous le dit, il est temps d’amplifier l’ouverture des Grands Prix sur le monde et de rendre compte de l’impact qu’ont eu les mangakas sur notre imaginaire, notre sensibilité et nos propres créations.

Rumiko Takahashi est arrivée quatrième des votes l’an passé. Faisons en sorte qu’elle reçoive enfin en 2019 le Grand Prix qu’elle mérite depuis bien longtemps.