Les Ides de mars

Au matin des ides de mars 44 avant Jésus-Christ, Jules César, mon dictateur perpétuel préféré, était assassiné de 23 coups de couteau par une conjuration de sénateurs au pied de la statue de Pompée, son meilleur ennemi.
Menés par Marcus Junius Brutus et Caius Cassius Longinus, ces grands aristocrates romains s’opposaient à la dérive autocratique de César. Ils ne se rendaient pas compte que leur défense désespérée de la République romaine traditionnelle allait relancer les guerres civiles et surtout ouvrir la voie au petit-neveu de César, le futur Auguste.

J’ai toujours voulu représenter ce tragique événement dans une de mes BD. Cela paraissait difficile dans Alix Senator qui se déroule une trentaine d’années après. Mais j’ai trouvé une solution dans la lignée de Jacques Martin. Ne pouvant raconter directement l’aventure de Spartacus, il consacre un album à son fils où un ancien révolté évoque ses souvenirs de la guerre servile. Dans Alix Senator, j’imagine donc que Césarion a survécu à la chute de l’Égypte, complote contre Auguste et connaît la même fin tragique que son père supposé.

Ci-dessous, la mort de Césarion dans Alix Senator, tome 3 : La Conjuration des Rapaces.

Publié le Catégories Alix Senator, Éphéméride, Histoire antique
Partager Google+ LinkedIn

Jeanne, Charles et Gilles

Il n’y a pas qu’Auguste qui rencontra son destin un 6 mars : Jeanne d’Arc aussi. En 1429, eut lieu l’audience royale qui donna lieu à la première légende entourant la jeune fille. Là, par miracle, elle aurait reconnu le roi Charles VII dissimulé parmi ses courtisans. On peut évidemment douter de la réalité de cet épisode d’autant qu’elle avait déjà rencontré tout à fait normalement le roi en privé quelques jours auparavant.

Dans Moi, Jeanne d’Arc , Jeanne Puchol et moi nous sommes amusées à donner une explication moins politiquement correcte mais plus romantique à la “reconnaissance du roi” par Jeanne. Charles s’était en fait caché derrière Gilles de Rais, le grand méchant loup dont Jeanne tombe amoureuse au premier regard.

Histoires de pyramides

Edgar Pierre Jacobs est mort le 20 février 1987. Ça ne vous étonnera pas si je vous dis que mon album préféré de Blake et Mortimer, c’est Le Mystère de la grande pyramide. Je l’ai découvert à l’âge adulte et j’ai tout de suite été attirée par sa thématique (bien sûr) mais aussi par ses recherches formelles, ses pages symétriques par exemple.

Plus tard, j’ai beaucoup pensé à cet album quand j’ai décidé d’envoyer le sénateur Alix en Égypte. La Mère des pyramides du tome 2 est l’héritière directe du monument de Jacobs, d’autant que nous sommes partis tous les deux de la même description d’Hérodote du tombeau de Chéops pour les créer.